Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

TIERS PAYANT : Lettre ouverte aux syndicats CSMF,  SML, MG France  et à l'Ordre des médecins

Michel CIALDELLA

ex-administrateur de la CPAM de Grenoble
ex-administrateur du CHU de Grenoble

 

Le 14 mars 2015

Lettre ouverte
aux syndicats CSMF,  SML, MG France
et à l'Ordre des médecins.

 

Mesdames, Messieurs

Alors que 30% des citoyens renoncent à des soins par manque de moyens financiers, vous, qu'on ne voit jamais au côté de ceux qui luttent pour vivre dignement de leur travail, plus soucieux de vos dépassements d'honoraires que de la santé des patients, vous partez en guerre contre le tiers payant qui facilite l'accès aux soins des plus démunis. Quelle honte ! Votre prétexte "responsabiliser les patients". C'est là l'expression d'un mépris insupportable à notre égard. Sachez que nous sommes aussi responsables que vous !

Nous savons que la gratuité d'accès aux soins est financée par nos cotisations et par le travail. Mais nous savons aussi que c'est le moyen de l'égalité d'accès aux soins.

J'ai entendu que vos honoraires n'avaient pas été revalorisés depuis 2011...Moi ma retraite ne la jamais été et cela depuis 2000 ! Et je n'ai pas la possibilité de dépassement de salaire...

Dès la création de la Sécurité sociale en 1945, les médecins libéraux ont combattu le principe de conventionnement, ils voulaient conserver la "liberté" d'honoraires, comme si cette "liberté" avait un sens. Pour les malades c'est la liberté de ne pas se soigner. Vous êtes leurs dignes descendants.

Pierre Laroque qui fût directeur de la Sécurité sociale écrivait en 1953 : "La médecine libérale traditionnelle est une médecine de riches".(1)

peu vous importe le serment d'Hippocrate (hypocrite) qui stipule : "Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire".

Je vous rappelle, à moins que je ne vous l'apprenne, en France le salaire médian est de 1600 euros mensuels, et plus de 8 millions de personnes vivent avec moins de 900 euros par mois ! Comment voulez-vous que ces personnes paient des dépassements de 500, 1000 euros et plus ? Cela ne semble pas vous poser de problème…

Je peux comprendre que des médecins ayant un haut niveau de qualification (ils ne sont pas les seuls) veuillent être payés correctement. Cela devrait passer par une convention négociée avec des tarifs opposables et avec le tiers payant pour favoriser l'accès de tous aux soins. Et puis il faudra bien sortir un jour du paiement à l'acte.

Il y a quelques années, des chirurgiens avaient organisé une grève et menacé de s'expatrier pour obtenir une aide parce qu'ils jugeaient leurs assurances trop chères (tiens donc !). Ils ont obtenu une aide de la Sécurité sociale qui prend en charge la moitié de leur prime et cela peut atteindre 7500 euros  par an. Pas gênés, les libéraux ont accepté. Logiquement ils auraient dû s'en prendre aux compagnies d'assurances…mais semble-t-il, la logique ça n'est pas leur truc. N'oubliez pas que vous avez pu devenir médecins en grande partie grâce au service public ! Cela vous donne des droits, mais aussi des devoirs.

Heureusement, tous les médecins ne sont pas comme cela. Dans un article paru sur Médiapart le 11 octobre 2012, un interne en santé publique et médecine sociale s'exprime ainsi « la revendication sur la rémunération ne peut être légitime que si elle n'entre pas en contradiction avec le principe de l'égalité d'accès aux soins ». Le même journal publie le 13 novembre 2012 ce que gagnent en moyenne les médecins. C'est très loin de la misère. Par exemple, un chirurgien gagne en moyenne 11 452 euros nets par mois avant impôts, toutes charges payées en 2011.

La DREES dans un document de travail indique qu'un omnipraticien a gagné en 2008 en moyenne 6384 euros nets.

Certes, les médecins ont de longues journées, mais le tiers payant n'y est pour rien et le numerus clausus pour beaucoup.

Je fais partie de ceux qui militent pour un système de santé dont l'accès serait totalement gratuit. En effet non seulement cela permet l'accès de tous, mais en plus c'est plus économe par le fait que les patients n'attendent pas que leur santé se détériore pour se faire soigner.

Petit rappel.

Extrait du Serment d’Hippocrate proposé par l’Ordre national des Médecins ( Révision 1996 )

 « Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité… »

 

Je ne vous salue pas.

Michel Cialdella

 

 

 

 

PS. Vous prétendez que "la médecine libérale est en danger". Or s'il y a un exercice libéral de la médecine, il ne saurait y avoir de médecine libérale ! Il y a la médecine tout cours.

 

  1. "Réflexion sur le problème social" Editions Sociales Française, 1953. Recueil d'écrits de Pierre Laroque.

SOURCE : michel.cialdella@orange.fr

 

Commenter cet article

Un patient 26/04/2015 09:01

Beau discours militant... qui devrait commencer par rappeler à l'assurance maladie de faire son boulot. Peut être devriez vous vous renseigner sur l'incapacité de celle-ci à rembourser à 100% les médecins qui soignent des patients déjà couverts par le tiers payant ! De plus, face aux lobbies des industriels du médicament, il sera difficile aux praticiens salariés de l'Etat de garder leur indépendance... La fin de la médecine libérale approche... pour le bas peuple. Les riches, eux, auront toujours les moyens de se payer des médecins de qualité, si nécessaire en allant les chercher dans des pays frontaliers (Suisse, etc...). Vouloir surprotéger n'est pas toujours une bonne idée : le chemin de l'Enfer est pavé de bonnes intentions. Vous venez de paver quelques kilomètres de voies suplémentaires !