Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

MACRON, en plein accord avec HOLLANDE, confirme sa volonté de s'attaquer au CODE du TRAVAIL

Quand Macron se rêve en « révolutionnaire »

«Vous vous rendez compte, dans mon pays, il était interdit de se déplacer en car d'une ville à l'autre, c'est fou non?» En prélude du troisième sommet de l'attractivité, qui se tenait aujourd’hui à l’Elysée autour de François Hollande, Emmanuel Macron recevait à dîner le 15 juin (2015) une vingtaine de très grands patrons internationaux, dont ceux de Samsung, Siemens, Intel ou Barilla. Flanqué de quelques start-upper, symboles des succès de la French Tech, il a bien sûr vanté les mérites de sa loi qui va «déverrouiller une économie surréglementée» et leur ouvrir de nouveaux marchés.

Un ministre qui se veut disruptif et révolutionnaire

Plus généralement, le ministre de l'Economie a détaillé, chiffres à l'appui, comment le gouvernement auquel il appartient réduit à la fois les dépenses publiques et le coût du travail, au point de rendre désormais la France plus compétitive que l'Allemagne. Dixit Macron, qui s'exprimait dans un anglais parfait, un des piliers de la mutation en cours est la réforme du marché du travail, qui va introduire à la fois de la «flexibilité» et de la «sécurité».

Affichant sa volonté d'être «disruptif et révolutionnaire», le ministre –devant un auditoire qui n'a sans doute jamais entendu parler des subtilités de l'usage de l'article 49-3 ou de la Motion A du congrès socialiste de Poitiers– a poussé les feux du social-libéralisme: «Il faut utiliser le momentum économique plutôt favorable pour accélérer les réformes et délivrer».

Délivrer, délivrer, délivrer: le mot –un barbarisme– revient sans cesse dans la bouche de l’ex-banquier d'affaires pour qui il convient d'être «les meilleurs d'une façon durable» afin de mériter la confiance de ses visiteurs. Promis, une fois votée sa loi, Emmanuel Macron mettra son énergie pour continuer de faire bouger le pays d'ici à 2017. A discuter avec un de ses proches, off the record cette fois, on apprend que le ministre ne craint pas de brûler ses vaisseaux, prenant date pour l’avenir.

Macron prêt  à se lancer dans la bataille du Code du travail

En attendant poursuit notre source, «il a la confiance pleine et entière de François Hollande». Et à la rentrée, le ministre a l’intention de préempter deux dossiers: l'intégration européenne et la réforme du Code du travail. Sur le premier sujet, Macron a cosigné une tribune dans Le Figaro il y a quelques jours avec son homologue allemand Sigmar Gabriel. Sur le second, ce sont Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen qui s'en sont chargés, dans un texte publié par Le Monde, en provoquant, sans surprise, des réactions autrement plus nombreuses. Le terrain est balisé, et l’ambitieux ministre de l'Economie compte bien s’y engouffrer.

Dans une ambiance de business lunch comme on les pratique à Davos –dont tous les convives sont des habitués–, le ministre s'est enflammé: «We are on the track, France is back and we will deliver». Ce qui peut se traduire par: «La France est sur la bonne voie, elle est de retour et nous allons tenir nos objectifs». Les dirigeants des multinationales n’ont pas été invités à s'exprimer à la suite de la tirade pro-business du wonder boy de l'équipe gouvernementale. Il était prévu qu'ils le fassent aujourd'hui à l'Élysée après avoir écouté le président de la République. À huis clos.

SOURCE :

 

Commenter cet article

J
Quel est ce pays dont on parle, où il était interdit de se déplacer en car d'une ville à l'autre?
Répondre