Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Source: http://dessinsdecrbr.over-blog.com/tag/banque/

Source: http://dessinsdecrbr.over-blog.com/tag/banque/

Plusieurs ONG dont Oxfam et le Secours catholique ont produit un rapport sur les activités bancaires françaises dans les paradis fiscaux. Malgré les effets d’annonces à répétition, elles sont encore très lucratives.

On devait les enterrer. Ils sont plus rémunérateurs que jamais. Les paradis fiscaux demeurent un terreau fertile pour faire pousser les graines du profit. Surtout chez les banquiers. En 2014, les établissements de l’Hexagone ont réalisé cinq milliards d’euros de bénéfices dans ces pays à la fiscalité très avantageuse. Et vous allez constater qu’il n’y a nul besoin d’aller faire du business sur une île des Caraïbes pour se mettre à l’abri de l’impôt. Les voisins de la France savent se montrer très accueillants.

 

Ces paradis fiscaux que les banques françaises aiment tant

Un rapport décortique pour la première fois les résultats financiers des filiales des principales banques françaises dans les paradis fiscaux et démontre à quel point ces territoires comptent pour elles.

Le site Actualité 24

 

Les BANQUES FRANÇAISES amassent des FORTUNES dans les PARADIS fiscaux

Un tiers de leurs profits internationaux

Dans le top 5 des destinations privilégiées, peu d’exotisme. Mis à part Hong-Kong (436 millions €) et Singapour (336 millions €), c’est le Luxembourg (1,71 milliard €), la Belgique (1,66 milliard €) et l’Irlande (272 millions €) qui remportent les faveurs des banques tricolores.

Les paradis fiscaux ne sont pas une mince affaire pour ces institutions financières. Les sommes qui y sont engrangées comptent pour un tiers de leurs profits internationaux (15,3 milliards €). Au niveau des plus fervents adeptes de l’optimisation fiscale, on retrouve BNP Paribas et la Société générale. En valeur absolue, ce sont elles qui font les bénéfices les plus importants (2,4 milliards € et 1,3 milliards €). Mais les auteurs du rapport ont déniché un autre chiffre intéressant. Si l’on tient compte de la part de bénéfices réalisés dans les paradis fiscaux, c’est le Crédit mutuel-CIC qui l’emporte haut la main. La banque, qui vante ses «engagements mutualistes» et sa «responsabilité sociale», y réalise 44% de ses profits.

 

Banques françaises: un tiers des profits dans les paradis fiscaux

Le blog de Thomas Piketty

Les BANQUES FRANÇAISES amassent des FORTUNES dans les PARADIS fiscaux

Des avantages conséquents

Évidemment, la première motivation concerne les taxes. En plus de taux d’imposition inférieurs, certains pays permettent de négocier sa fiscalité. Le rapport indique que la Société générale ne paie aucun impôt en Irlande alors que le taux officiel est de 12,5%. Sans parler d’un monde financier qui ne comporte pas les mêmes règles : «L'opacité qui règne dans les paradis fiscaux peut permettre aux banques de contourner leurs obligations réglementaires et d'y mener des activités spéculatives.»

La fiscalité clémente n’est pas la seule motivation des établissements bancaires. Il apparaît que leurs activités sont en moyenne 60% plus lucratives dans ces pays de cocagne. Selon le rapport, «pour un chiffre d'affaires de 1 000 €, les banques dégagent 362 € de bénéfices dans les paradis fiscaux contre 227 € dans les autres pays». C’est encore moins en France : 227€.

La productivité semble jouer. Les banquiers des paradis fiscaux seraient beaucoup plus motivés que leurs homologues français. Ainsi, on apprend qu’un financier de Singapour est 42 fois plus productif qu’un de ses pairs basé à la Défense. En moyenne, les résultats sont 2,5 fois meilleurs.

Le top reste tout de même la filiale sans employés. Le travail d’investigation des ONG nous apprend qu’aux Bahamas, aux îles Caïman ou à l’île de Man, les filiales des banques françaises ne déclarent… aucun salarié ! Le rapport soulève des questions. Comment la filiale de BNP Paribas aux îles Caïman arrive-t-elle à faire fonctionner ses deux banques de détail sans employés ?

Les principaux concernés se défendent. Ils respecteraient scrupuleusement les listes officielles de l’OCDE et de la France. Le Crédit mutuel-CIC est catégorique : «Nous refusons de travailler avec les pays non coopératifs et nous dénonçons toutes les transactions suspectes à Tracfin.» Le Luxembourg, en tête des paradis fiscaux préférés des banques françaises, ne fait plus partie de la liste des pays non conformes de l’OCDE. Depuis la fin 2015…

 

SOURCE:

 

Commenter cet article