Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Jeudi 7 avril 2016 contre la LOI EL KHOMRI : "Allons tirer les oreilles du MEDEF !"

La SEINE-SAINT-DENIS contre la LOI EL KHOMRI : Jeudi 7 avril 2016 , les syndicats vous invitent chez GATTAZ !

Jeudi 7 avril 2016 contre la LOI EL KHOMRI : "Allons tirer les oreilles du MEDEF !"
Jeudi 7 avril 2016 contre la LOI EL KHOMRI : "Allons tirer les oreilles du MEDEF !"

Le 1er juillet 2014 « l'Humanité » écrivait :

« Car, derrière les envolées rituelles sur « l’enfer fiscal » qu’est la France, selon le Medef, l’Humanité lève un coin du voile sur les pratiques comptables et financières qui permettent de réduire à néant, ou presque, son imposition dans l’Hexagone. À travers le mécanisme d’optimisation fiscale dit des prix de transfert, l’entreprise dirigée par Pierre Gattaz affecte une bonne partie des marges réalisées sur les ventes des connecteurs qu’elle produit dans ses usines françaises pour l’aéronautique ou les télécoms à des filiales à l’étranger. Ce qui, en une poignée d’années, a permis au groupe de réduire de 25 % à 3 % la part de ses impôts payés en France. Dans la comptabilité du groupe, qui a réalisé un bénéfice de près de 25 millions d’euros l’année dernière, la « charge fiscale » en France culmine à 202 000 euros. Et cela, au moment où « RADIALL » bénéficie des largesses fiscales du gouvernement : l’entreprise a touché 876 000 euros de crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), un cadeau accordé aux entreprises sans aucun contrôle, ni aucune contrepartie. Et, dans le même temps, la famille Gattaz qui contrôle le groupe fait valser les dividendes : ils ont presque doublé entre 2010 et 2014 pour s’établir à 2,8 millions d’euros. »

Propos jamais démentis et pour cause.

 

Jeudi 7 avril 2016 contre la LOI EL KHOMRI : "Allons tirer les oreilles du MEDEF !"

La CGT 44 dans un tract confirme les chiffres :

« Pour tous salaires bruts versés en 2013 qui ne dépassent pas 2,5 fois le SMIC (1430,22 x 2,5 = 3575,55 euros), chaque patron percevra en 2014 un remboursement égal à 4% des sommes versées en salaires et charges. En 2015, le remboursement augmentera à hauteur de 6% pour les salaires versés en 2014. Ce qui veut dire que les patrons empocheront ainsi 13 milliards d'euros en 2014 et 20 milliards en 2015... Contrairement à ce que semble vouloir dire l'intitulé de ce crédit, le CICE va financer essentiellement des emplois non soumis à la concurrence européenne et mondiale. Ainsi Auchan touche 44 millions d'euros pour 2013 alors que Mulliez, son heureux propriétaire, devient dans le même temps la troisième fortune de France ! Ainsi la Poste touche 297 millions d'euros pour 2013 alors que dans le même temps, les plans de suppressions d'emplois se multiplient dans ses services ! Ainsi Radial, la « petite » entreprise de Pierre Gattaz est de plus en plus profitable, 876 000 euros de CICE pour 202 000 euros d’impôts payés en France, des dividendes qui ont doublé et atteignent 2.8 millions d’euros…. »

Outre le branchement des finances publiques sur les coffres patronaux, la façon dont le plafonnement est organisé est une incitation à ne pas augmenter les salaires et une aide au patronat le plus rétrograde (existe-t-il un « plus » en la matière au sein du MEDEF et de la CGPME ?). Cela tire en arrière toutes les grilles de rémunération, fait passer le point 100 de grille sous la valeur du calcul du SMIC.

SOURCE :

 

Commenter cet article