Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

RSA et BÉNÉVOLAT = HAUT-RHIN : Travail réel payé que dalle - NORD : 450 allocataires privés de RSA - SARTHE : Travail fictif payé plein pot

La question, pour ces élus (eux) bien payés, ce n'est pas d'élever les salaires, d'améliorer les conditions de travail, ou de partager le travail et les richesses. Non. Ces élus dont le parti soutient les fraudeurs, les assistés, quand ils habitent un château dans la Sarthe, continuent à nous faire croire que ce dont ont besoin les allocataires RSA longue durée, c'est de bosser à l'oeil.

Honte à ces élus.

Les élus du conseil général du Nord, eux, n'hésitent pas à supprimer le RSA à 450 allocataires qui ne répondraient pas aux courriers du département.
Alors que le chômage atteint de sommets, le conseil général du Nord n'a rien trouvé de plus intelligent que de supprimer le seul moyen de subsistance aux personnes les plus en difficultés.
Les services sociaux du département ne peuvent-ils pas tout simplement rendre visite à ces allocataires, pour leur demander si ils ont besoin d'aide, au lieu de les condamner à crever de faim et de froid en leur supprimant leur RSA ?


Rappel : Mme Bettencourt, elle, n'a jamais travaillé de sa vie, et elle touche 200.000 euros de l'heure. Le conseil général du Nord a-t-il pensé à lui réclamer des comptes ?

Concernant la pression mise sur les allocataires RSA pour les faire bosser à l'oeil, lire notre article complet de février 2016 sur ce sujet : "Le département du Haut-Rhin contre l'assistanat, et pour la semaine de 7 heures : Nous disons banco !"

Allocataires RSA victimes d'abus de l'administration, et des politiques totalement injustes, contactez la CGT, le seul syndicat qui organise les salariés précaires ou privés d'emploi.

Ensemble, en luttant, on peut récupérer de la dignité, et GAGNER !

Cliquer ici pour trouver l'union locale CGT près de chez vous
RSA et BÉNÉVOLAT = HAUT-RHIN : Travail réel payé que dalle - NORD : 450 allocataires privés de RSA - SARTHE : Travail fictif payé plein pot

Le Haut-Rhin a décidé d’assortir la distribution du RSA à une peine de bénévolat !

Sans complexe, le conseil départemental du Haut-Rhin a voté à l’unanimité moins une voix « l’incitation » pour les bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) à effectuer des heures de bénévolat contre le versement de cette allocation.

Faisant fi de tous les principes liés à l’aide sociale et déjà retoqué par le tribunal administratif de Strasbourg en 2016, le conseil départemental n’en démord pas : les bénéficiaires du RSA seraient responsables de la situation d’inactivité dans laquelle ils se trouvent. Il ne faudrait pas qu’ils s’y complaisent. C’est pourquoi un contrat d’engagement réciproque (CER) va leur être proposé assorti d’action(s) de bénévolat ; les manquements pouvant conduire à sanctions : suspension de l’allocation voire radiation du dispositif.

La protection des personnes vulnérables est un droit constitutionnel. Les personnes inscrites dans la grande pauvreté le sont souvent pour des facteurs multiples : ruptures dans leur vie personnelle, sociale, avec le monde du travail, les enfermant dans un processus d’exclusion les marginalisant un peu plus. Le contrat du RSA est avant tout conçu comme un support au service de l’insertion socio-professionnelle du bénéficiaire.

Dévoyant le principe même du bénévolat basé sur le don et le contre-don, voilà un dispositif qui va à nouveau permettre d’utiliser des travailleurs gratuitement. L’esclavage n’est pas mort, il s’est juste modernisé sous les oripeaux d’une conception de l’intérêt général fondée sur une politique de la discrimination.

Le bénévolat conclu dans le CER constitue l’étape ultime à l’ubérisation du travail, sans compter évidemment l’occupation de postes de travail en substitution des salariés et un effet domino possible sur le chômage. Le patronat en rêvait, le conseil départemental du Haut-Rhin l’a réalisée : la gratuité du travail.

La CGT refuse une conception de la solidarité et de la justice sociale basée sur le rejet des plus vulnérables qu’il faudrait sanctionner et contrôler. Nous condamnons tout écho et emprunt aux thèses abjectes de l’extrême droite.

Rejeter la responsabilité sur les personnes en situation de précarité permet de se dédouaner de ses propres échecs. Les politiques économiques néo-libérales désastreuses menées dans notre pays depuis plus de quarante ans ont creusé les inégalités et engendré l’exclusion des plus faibles de nos concitoyens. Ne nous y trompons pas : ajouter des conditions au versement de l’allocation de RSA face à l’explosion du nombre de bénéficiaires permet non pas l’inclusion sociale mais d’en diminuer le nombre, dans la logique des politiques d’austérité actuelles !

Quelle marge de manœuvre auront les professionnels du travail social et les allocataires dans ce type de dispositif entre sanction et accompagnement, vu l’asymétrie de leurs places respectives ? Cette mesure utilisant la carotte et le bâton va mettre à mal la relation de confiance qui les unit, fondement du travail social et base indispensable à toute intervention. Les professionnels de ce secteur revendiquent l’éthique de leurs interventions dans le respect de la dignité et de l’intégrité des personnes accompagnées.

La CGT dénonce des méthodes fondées sur la discrimination de groupes sociaux, a contrario de l’intérêt général et en totale discordance avec les valeurs républicaines qui font société.

La CGT est porteuse d’un travail social respectueux du plus vulnérable et non objet de politiques publiques assujetties au dogme de la stigmatisation et de la logique comptable.

La CGT

Montreuil, le 15 février 2017

SOURCE:

Commenter cet article