Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

La cage de l’euro. Pourquoi en sortir est internationaliste et de gauche

La cage de l’euro. Pourquoi en sortir est internationaliste et de gauche

Par Vladimiro GIACCHÉ

Recension du nouveau livre de Domenico Moro, La gabbia dell’euro. Perchè uscirne è internazionalista e di sinistra (La cage de l’euro. Pourquoi en sortir est internationaliste et de gauche)

Contribution au débat sur communistes et question nationale ouvert sur le site Marx21

Il est aujourd’hui difficile de considérer la gauche européenne autrement que comme un amas de débris. C’est vrai dans toute l’Europe (emblématique le cas de l’Allemagne, où un écroulement sans précédents du SPD – qui selon les derniers sondages ne recueillerait que 16% des voix – s’accompagne d’une Linke incapable de bénéficier de cette situation, en restant autour des 10%, tandis que l’AfD serait carrément devenu le second parti). Mais c’est surtout dans notre pays que la destruction de la gauche a atteint des niveaux tout simplement inimaginables il y a quelques années seulement- sans parler du temps où l’Italie se trouvait en présence du plus grand parti communiste d’Occident.

Nombreux sont ceux qui se sont interrogés sur la genèse de cette situation, qui évidemment a plus d’une cause. Et pas, cependant, celle si chère à une vulgate désormais en vogue depuis des décennies : selon laquelle les problèmes de la gauche italienne naîtraient d’une présumée “incapacité à se réformer”, c’est-à-dire, concrètement, du refus de s’approprier de mots d’ordre modérés et d’adopter des politiques de simple gestion de l’existant, en abandonnant toute velléité de transformation sociale.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

Commenter cet article

Méc-créant 08/04/2018 12:08

Vieux-con matérialiste attardé, je ne me sens pas beaucoup plus jeune mais un peu moins con, après avoir lu l'article, d'avoir voulu résister à mon tout petit niveau à la domination idéologique liée à cette "construction" européenne. Il existe donc en Italie des intellectuels (nombreux?...) se risquant à articuler les notions de classes, de nation, de souveraineté populaire, de transformation sociale, de lutte anticapitaliste,...Sont-ils aussi peu écoutés (pour le moment?...) que les rares qui osent le faire en France?
Méc-créant.