Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

 Présidentielle en COLOMBIE : le candidat de l’ultra-droite, Iván Duque élu avec 53,97% des voix – La paix menacée ?

Le candidat de droite Iván Duque sera le nouveau président de la Colombie. Il a obtenu 53,97% des voix au second tour des élections de ce dimanche et Gustavo Petro 41,81%.

19 495 924 Colombiens ont participé à ce second tour, ce qui représente 44,35% de la population.

 

Plus de 36,2 millions de Colombiens étaient convoqués aux urnes pour choisir le prochain président du pays entre Iván Duque, du parti Centre Démocratique et Gustavo Petro, du Mouvement Colombie Humaine. Le vainqueur prendra possession de sa charge le 7 août et gouvernera pendant la période 2018 – 2022.

 

Au premier tour, le 27 mai, Duque avait obtenu 7,5 millions de voix (39,14%) et Petro 4,8 millions (25,08%).

 

La paix, le principal défi du prochain président

 

La mise en place des Accords de Paix avec l'ex-groupe insurgé FARC, devenu à présent le parti Force Alternative Révolutionnaire de la Commune, est le problème le plus important que le prochain président de la Colombie devra affronter étant donné que le Gouvernement ne les a pas mis en place et que les assassinats de dirigeants sociaux (plus de 90 cette année) et d'anciens combattants augmentent.

 

Le fait que les accords ne soient pas is en place affecte le secteur agricole dont les cultures illicites ont été éradiquées par la force bien que le pacte établisse qu'elles doivent être remplacées pour garantir la nourriture de ceux qui les cultivaient.

 

Iván Duque a exprimé son désaccord avec une partie des Accords de Paix alors que Gustavo Petro avait promis qu'ils seraient totalement mis en place.

 

Le nouveau président devra aussi assumer le dialogue avec l'Armée de Libération Nationale (ELN) qui est entré dans son 5° cycle à La Havane, Cuba. Il devra aussi affronter d'autres grands défis comme le trafic de drogues et la corruption.

 

Iván Duque veut modifier les Accords de Paix 

 

Malgré le ton conciliant de son discours de président élu, Iván Duque a réaffirmé son intention de modifier les Accords de Paix négociés à La Havane. Duque, qui représente le parti dirigé par l'ex-président Alvaro Uribe (Centre Démocratique) a assuré que son Gouvernement ne mettra pas en miettes es accords négociés « mais nous allons faire des modifications pour que la paix rayonne. »

 

Il a réduit, de plus, la reconnaissance de la mise en place de ce qui a été décidé avec le parti Force Alternative Révolutionnaire de la Commune (FARC) aux seuls engagements pris avec la base de la guérilla : « La paix implique que nous tournions la page. Aujourd'hui, nous sommes tous les amis de ceux d'entre nous qui veulent la paix et ce doit être une paix qui permette à la base de la guérilla son intégration dans la vie publique, » a-t-il déclaré.

 

En évoquant la grande force alternative qui s'est opposée à lui dans les urnes, il a déclaré qu'il veut gouverner pour tous les Colombiens sans haine, sans vengeance et sans représailles : « Je vais mettre toute mon énergie à unir notre pays, plus de divisions ! »

 

En compagnie de l'ex-ministre Marta Lucía Ramírez, sa coéquipière pour la vice-présidence, Duque a ajouté qu'il mènera un combat frontal contre la corruption.

 

Cette allusion a été commentée par le politologue colombien León Valencia qui s'est demandé comment il fera pour avancer vers cet objectif alors que sa candidature a été soutenue par les machineries politiques et les axes clientélistes traditionnels, largement corrompus.

 

Gustavo Petro: « Une nouvelle force naît aujourd'hui » soutenue par 8 millions de voix

 

Défendre la paix pour éviter qu'ils « essaient de mettre les accords en pièces et qu'ils fassent des coupes, » faire opposition et « empêcher que nous revenions à la guerre » ont été les messages les plus forts que le candidat Gustavo Petro a envoyés dans le discours dans lequel il a reconnu la victoire de son rival Iván Duque.

 

Petro a annoncé qu'il retournera au Sénat de la République « pas pour faire la même chose qu'il y a 4 ans » mais pour « diriger un peuple qui doit être mobilisé. » « Nous retournons au Sénat non pour voir comment se négocient les petits articles mais pour parcourir les places publiques. »

Au milieu des ovations de ses partisans regroupés dans le centre-ville, il a envoyé plusieurs messages au président élu et l'a assuré que « la nouvelle force qui naît aujourd'hui, » soutenue par 8 millions de voix, s'opposera à lui. « Nous espérons qu'il est certain que vous ne ferez pas le fracking, parce que nous, 8 millions de Colombiens, nous allons l'empêcher. J'espère que c'est sûr, président élu, qu'on pourra construire le système d'éducation publique gratuite, » a dit Petro.

Il a aussi appelé à s'éloigner de ce qu'il a appelé « une coalition anachronique » et a dit que même si c'est « la décision de Duque » d'y rester « nous devrions faire une manifestation démocratique parce que nous n'allons pas permettre que la Colombie revienne à la guerre. »

Il a aussi annoncé que même si « cette tentative de changement est ajournée de 4 ans, » on va commencer à travailler à la consolidation d'un mouvement fort qui puisse arriver à la Présidence. » « Et notre première tâche sera de le renforcer. » Et pour cela, a-t-il dit, « on mettra les bottes » et on commencera une nouvelle campagne pour défendre la consultation anti-corruption du 26 août prochain. Il a dit également qu'on travaillera pour avoir « la majorité dans les mairies et des façon de gouverner humaines. »

(Avec des informations d'El Tiempo/ Prensa Latina/ Telesur)

 Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

source en espagnol :

http://www.cubadebate.cu/noticias/2018/06/17/el-candidato-uribista-ivan-duque-sera-el-nuevo-presidente-de-colombia/#boletin20180617

SOURCE:

 

Commenter cet article