Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

Lundi 24 février, comme chaque matin, j’écoute les informations de France Inter en prenant le petit-déjeuner. 8 heures 07, nouvelle importante : « le gouvernement cubain vient d’autoriser l’achat de véhicules neufs ! », mais, reportages à l’appui « les habitants ne peuvent pas les acheter ».


Le chroniqueur aurait pu ajouter, à toutes fins utiles, que de toute façon, ils auraient beaucoup de mal à les faire rouler, vu le manque de carburant !

 

Ces généreux informateurs n’hésitent pas à nous parler des difficultés de vie de la population cubaine, qui sont réelles, mais ils en cachent volontairement les causes principales : les mesures prises par le gentil voisin nord-américain. Bloquer la livraison de pétrole, celle de gaz liquide (nécessaire pour faire bouillir la marmite), empêcher la livraison normale de médicaments, d’équipements de santé, de nourriture… la liste serait longue, n’est-ce pas la cause essentielle des difficultés économiques du pays et de la vie, souvent rude du peuple cubain qui malgré cela résiste et construit une société qui lui convient !

 

Nous ne le répéterons jamais assez, et jamais assez fort : malgré la situation qui lui est imposée depuis plus de 60 ans, ce pays réussit des prouesses en matière de santé, d’éducation, de culture, de sports (si on ne lui volait pas ses athlètes !) en matière de solidarité, on annonce que Cuba a permis la guérison de 1.500 chinois atteints du coronavirus !

 

Qu’en serait-il si le blocus n’existait pas, si le puissant voisin cessait de lui faire la guerre, de bloquer son économie ?

 

Les dirigeants du pays ne baissent pas les bras. Bien au contraire ils recherchent, en liaison avec le peuple, les réponses les plus adaptées, pas à pas, ne cachant pas les difficultés internes, celles de la bureaucratie, de l’inertie, de la corruption, et prenant les mesures pour les combattre et les surmonter. L’heure est à la rechercher des moyens d’augmenter la production, de diversifier les exportations, de remplacer les importations.

 

C’est un peuple héroïque ! Mais nous ne pouvons pas nous contenter de regarder le spectacle. Au-delà des opinions politiques, nous ne pouvons admettre que les États-Unis, son Président Donald Trump poursuivent leur escalade. De toute part il faut que monte l’exigence de la fin de ce blocus et des mesures inhumaines, illégales, qui frappent le peuple cubain. Aux États-Unis même des voix plus nombreuses s’élèvent. Bernie Sanders, présenté comme ayant le plus de chance d’être le candidat démocrate à la Maison-Blanche vient de confirmer son opposition au blocus…

 

Faisons en sorte de rompre le silence qui existe sur ce que l’on peut appeler un véritable génocide. Pour qu’ils soient en mesure d’intervenir, informons largement nos concitoyens par tous les moyens dont nous disposons. La vérité doit éclater ! Les États-Unis ne peuvent poursuivre impunément cette politique contraire au droit des peuples à disposer eux-mêmes de leur destinée. Notre association y tiendra sa place.

 

Bonne lecture de notre Lettre ! Et n’hésitez pas à vous rendre sur le site de la station RFI et d’écouter l’émission consacrée à l’économie cubaine, dont nous fait bénéficier notre ami Stéphane Witkowski, que je remercie… http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200222-cuba-griffes-donald-trump

 

Roger Grévoul
Président Fondateur de Cuba Coopération France
Directeur de publication du site internet et de la Lettre Hebdomadaire

 

 

LIRE LA SUITE ICI

 

Commenter cet article