Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

image d'illustration

 

Par Marie-Christine Burricand

Conseillère municipale de Vénissieux
Conseillère métropolitaine du Grand Lyon
Ancienne conseillère générale du canton Sud de Vénissieux (2008-2014)

Le gouvernement a annoncé hier de nouvelles mesures concernant les bars et restaurants, les salles de sports, fêtes et autres, les évènements familiaux, particulièrement dans les grandes villes et les trois grandes régions les plus touchées en ce moment : Provence-Alpes-Côte d’Azur ; Auvergne- Rhône-Alpes et Région Parisienne.

Après l'obligation du port du masque en tout lieu et toute heure, comme à Lyon, tout cela fait beaucoup discuter. Entre accoutumance au risque, lassitude devant le non-retour à une situation proche de la normale, angoisse devant l'épidémie, chacun hésite...

Mais le vrai scandale est d'abord dans la situation des hôpitaux publics et des EHPAD. Car depuis juin, rien n'a été fait pour recruter des personnels et augmenter les lits de réanimation. Pourtant ce gouvernement ne pouvait ignorer que le risque d'un rebond était possible et qu'il n'y avait aucune certitude sur l'absence de deuxième vague. Pire, les hôpitaux peuvent se trouver en plus grande difficulté pour accueillir les malades. Car au printemps, cet accueil n'a été possible que parce que de très nombreux actes médicaux ont été repoussés. Des patients attendent toujours leur contrôle annuel concernant un cancer, leur intervention chirurgicale. Et ce qui n'était pas urgent devient pressant tandis que de nouveaux patients se présentent à qui on propose de reporter tel ou tel geste. Ces situations se vivent le plus souvent individuellement seulement parlées dans le cadre familial, source d'angoisse, parfois de rancœur, de sentiment d'abandon. Le risque sanitaire est double pour les malades du COVID 19 mais aussi tous ceux qui présentent des problèmes de santé sérieux. Incurie et cynisme se mêlent quand le gouvernement ne fait rien pour augmenter le nombre de lits dans les hôpitaux, particulièrement ceux de réanimation.

La deuxième caractéristique de la situation, c'est la très grande incertitude dans laquelle se trouve nombre d'actifs. Nous pensons déjà à tous ceux qui travaillent dans les cafés et restos : comment s'installer, imaginer la location ou l'achat d'un appart dans une telle situation et nous ne sommes encore pas là dans le pire. Combien de salariés, au regard des plans de licenciements qui tombent, se demandent si leur entreprise va fermer, s'ils vont être de la prochaine charrette. Tous ceux qui ont des enfants vivent au jour le jour. Les dispositifs qui permettaient de garder les enfants pendant le COVID sans perdre trop de revenus sont clos. Si la classe ferme, c'est la démerde, la famille au mieux, les congés puis les congés sans solde...Et la fermeture des salles de sports et gymnases va venir désorganiser ce que des parents avaient minutieusement préparés...

Dans la période s'il y a une bataille à mener avec détermination et la volonté d'associer les citoyens c'est bien celle de l'hôpital et de la protection des salariés et de leurs familles dans tous les aspects de la vie. Ne laissons pas le chacun pour soi s’installer !

SOURCE : Facebook

 

Commenter cet article