Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

MÉDIAS : À propos de la reparution de Pif – Par Patrick Le Hyaric, directeur du groupe L'Humanité

La revue pour enfants est de nouveau dans les kiosques et sur Internet. Une nécessité pour l’Humanité.

Comme nous l’avons annoncé dans l’Humanité Dimanche, Pif reparaît cette semaine. Malheureusement, il n’est plus l’enfant de la société « Pif Éditions ». Les coûts engendrés par sa relance en 2018 ne permettaient pas d’atteindre l’équilibre économique.

Dans le cadre du plan de redressement de l’Humanité, le tribunal de commerce de Bobigny nous a demandé, à l’automne 2019, parmi d’autres préconisations, de vendre nos actifs, c’est-à-dire les marques propriétés du journal. C’était la condition mise à l’acceptation d’un plan de continuation. Ce que nous avons refusé.

Pourtant, il nous fallait trouver des recettes nouvelles pour pérenniser notre groupe. Nous avons donc accepté une solution de compromis pour éviter soit une ouverture du capital de l’Humanité à des investisseurs privés, soit sa liquidation. Cette solution consiste à valoriser nos marques de telle sorte qu’elles soient sources de recettes supplémentaires. C’est dans ce cadre, afin d’éviter une procédure de « déchéance de marque » qui exposait l’Humanité à perdre ses droits sur Pif, que le tribunal de commerce a donné son accord à un contrat de licence d’exploitation avec la société « Pif et Hercule » qui nous était présenté. Le projet de cette société est de tenter de faire vivre Pif dans le secteur de la presse, dans l’univers numérique, de la télévision et de l’événementiel.

Les valeurs d’humanisme, de solidarité, de justice... devront être respectées

Le contrat de licence comporte trois conditions impératives. La nouvelle société exploitant la marque Pif pour une durée déterminée respecte scrupuleusement les valeurs portées par Pif : humanisme, solidarité, justice, respect de l’environnement, paix, antiracisme, féminisme. C’est la régie de collecte publicitaire de l’Humanité, Comédiance, qui reste la régie de Pif. Une redevance est versée annuellement à l’Humanité, à laquelle s’ajoute un intéressement aux recettes de la société Pif et Hercule, dans le cadre de la consolidation du plan de continuation tel qu’arrêté par le tribunal de commerce.

Il est évident que nous aurions souhaité une tout autre solution, mais nous avons dû prendre des décisions sous la menace du refus d’un plan de continuation. Nous n’avons pas non plus eu à décider des responsables des activités avec lesquels nous contractons. Nous conservons donc le patrimoine de notre groupe tout en veillant à ce que les publications restent conformes à nos valeurs fondamentales. Toutes ces actions ne visent qu’à une chose : consolider, faire vivre et développer l’Humanité au service des combats émancipateurs d’aujourd’hui et de demain.

source: Facebook

 

Puis qu’apparemment il faut mettre les points sur les I, voilà les infos à ma disposition.

1) Le plan de continuation de l’Humanité, co-signé par la Direction du journal et les administrateurs judiciaires le 15 octobre 2019, puis validé par le tribunal de commerce ne prenait pas en compte la vente des droits sur PIF.

Le seul élément retenu était la trajectoire financière permise par les suppressions d’emplois et l’écrasement des créances.

2) Le montant évoqué en interne (en CSE) serait de 30 000 euros par an de revenu pour l’Huma. Par comparaison, « Picsou magazine » tire à 90000 exemplaires payés par mois (source ACPM) donc on ne peut pas imaginer des moyens fous, donc on peut penser que le montant est crédible. Si c’est bien le bon chiffre, ça ne vaut pas la honte de céder PIF a la droite réactionnaire. On aurait pu largement faire autrement ! Pour rappel, le chiffre d’affaire (2019) de l’huma c’est 34 millions d’euros par an...

Dans tous les cas, un débat transparent sur les moyens dont a besoin l’Huma pour perdurer, les moyens éventuels pour se développer, ne serait pas du luxe. Si nous décidons collectivement que la barre est trop haute, on saura que les cessions sont une responsabilité collective. Mais si les montants sont atteignables, c’est un défi que les communistes ont plusieurs fois relevé.

3) Les bénéficiaires de la licence sont Arnaud Moliné (service information de l’Elysée en 96/97 sous Juppé, Lyonnaise des eaux, Lagardère Entertainment, Deloitte, Renault, et aujourd’hui une filiale de Loxam qui développe la télémédecine), Bernard Chaussegros (Euromedia propriété de Bolloré, candidat UMP à la mairie d’Avignon en 2014, Observatoire de la Transformation Audiovisuelle think tank libéral qui milite pour la dérégulation de la création audio-visuelle) et donc Fréderic Lefebvre, tristement célèbre pour avoir défendu le débat sur l’identité nationale (probablement un exemple de ses "valeurs de solidarité").

sur sa page Facebook:

Commenter cet article