Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Alors que la direction du PCF prévoit de présenter un candidat contre le député communiste sortant, Maxime Gremetz, une lettre de soutien à ce dernier circule actuellement dans la Somme. Vous en prendrez connaissance, ci-dessous, sans doute avec intérêt.


Pourquoi nous apportons notre soutien au député Maxime GREMETZ

 
En tant qu’anciens professeurs de l’Ecole supérieure d’art et de design d’Amiens, nous soutenons la candidature de Maxime GREMETZ aux prochaines élections législatives, avec d’autant plus de lisibilité que ce soutien nous semble un juste retour des choses.
 
 En effet, lorsqu’en septembre 2002 la Mairie d’Amiens a licencié les trois quarts des professeurs de l’ESAD, escomptant ainsi échapper aux dispositions de la loi Sapin sur la résorption de l’emploi précaire, Maxime GREMETZ a été le seul élu amiénois à nous soutenir en dépit de la charge considérable de travail que lui imposait son mandat de député, et à ne pas ménager sa peine pour faire connaître le rapport d’inspection du Ministère de la Culture défavorable à la direction de l’époque, à nous conseiller avec pertinence dans nos multiples démarches afin, notamment, que l’affaire soit portée devant la justice et que, en fin de compte, la Mairie d’Amiens soit condamnée.
 
 Il convient de souligner le désintéressement de Maxime GREMETZ dans son action constante en notre faveur, puisque la quasi-totalité des professeurs de l’ESAD n’étant pas amiénois, il ne pouvait pas escompter gagner des électeurs sur une affaire par ailleurs aussi peu connue du grand public.
 

Mais si nous soutenons aujourd’hui la candidature de Maxime GREMETZ aux prochaines élections législatives ce n’est pas seulement pour la reconnaissance circonstancielle que nous lui devons, mais c’est aussi en reconnaissance d’une action politique obstinément engagée au côté des citoyens, de tous les citoyens qui ont besoin de lui, à commencer par ceux qui souffrent le plus.

 
Si tous les élus locaux et nationaux allaient soutenir sur le terrain les salariés qui perdent leur emploi- comme le fait Maxime GREMETZ chaque jour à chaque sortie d’usine, chaque semaine dans le cabinet de tel ou tel ministre ou à la tribune de l’Assemblée Nationale, plutôt que de considérer ces femmes et ces hommes comme de simples “variables d’ajustement”,- il y aurait manifestement moins de chômage, de misère et de désespoir dans notre pays.
 

En ce sens, l’action politique de Maxime GREMETZ n’est pas seulement oppositionnelle, et à ce propos, nous ne saurions porter crédit à l’image folklorisée dont l’affublent les médias bien pensants. Pour Maxime GREMETZ,  l’intérêt général n’est pas séparable de la dignité de chacun en tant qu’être pensant, agissant et ressentant. Et l’intérêt général commence là où l’économique cède le pas au politique, là où le salarié redevient citoyen, non seulement dans l’isoloir ou dans la rue, mais bien plus à l’intérieur de l’entreprise, car  le véritable enjeu démocratique de notre société est bien là : faire reculer la peur et la souffrance dans le monde du travail, pour y apporter de la parole et du sens.

 
C’est précisément en partant de la parole de chacun, de la parole des sans voix, de notre capacité à tous de penser et d’agir pour le bien commun, que Maxime GREMETZ construit résolument son action et son éthique politiques : être fidèle à ses idées, être fidèle à tous ceux qu’il défend. Et nous affirmons que pour tenir cette ligne, à contre-courant des sarcasmes et du mépris social, il lui faut beaucoup de courage et d’intelligence. Beaucoup d’humanité aussi.
C’est pour toutes ses raisons qu’il nous apparaît légitime de soutenir la candidature de Maxime GREMETZ afin qu’il puisse continuer son action de député, si nécessaire à tous, et bien au-delà de la Somme.

Yves FAURE, Directeur d’école d’art

 

François LEGENDRE, Professeur d’enseignement artistique

Commenter cet article