Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

Jeunes animateurs du parti, nous avons adhéré au PCF pour combattre les inégalités, participer à des batailles de solidarité internationale et travailler à la transformation de la société malgré les difficultés liées à l'échec de l'expérience soviétique.

 

Face aux contradictions sociales de la société française et de la civilisation capitaliste nous avons fait le choix du communisme.

 

Notre parcours militant nous a amenés à participer, parfois à animer les grandes luttes contre la précarité ces dernières décennies (du CIP au CPE), les mouvements contre les guerres, et les mobilisations posant de manière nouvelle la question du lien entre le mouvement populaire et le politique comme celle de 1995.

 

Nous avons été acteurs de la bataille politique pour gagner le NON au référendum européen puis du rassemblement anti-libéral autour de Marie-George Buffet.

 

Si la séquence d'histoire politique et sociale récente a bousculé fortement les références, les pratiques et l'influence de ce qu'il était commun d'appeler le mouvement ouvrier, tout indique dans notre parcours militant au travers de l'ensemble de ces expériences que le Parti Communiste Français est un outil précieux au service du changement.

 

Alors que l'ensemble de la gauche française traverse une profonde crise idéologique, certains au PCF souhaitent poser le communisme comme simple composante d'une hypothétique force nouvelle aux contours indéfinis, d'autres souhaitent abandonner le mot, d'autres enfin veulent refonder une nouvelle structure pour une gauche de transformation sociale.

 

Ces choix auraient une conséquence commune: précipiter les militants du PCF au mieux dans une organisation nouvelle qui reste à construire alors que rien n'indique qu'elle puisse rassembler massivement d'autres participants que les communistes eux-mêmes et au pire dans les affres du fatalisme de la disparition ou encore dans la social-démocratie...

 

L'idée qu'il faudrait clore l'histoire du PCF dans sa forme actuelle n'est pas un point de départ des discussions, c'est une hypothèse d'arrivée portée par certains. Le danger serait de trancher les débats sans que les communistes aient les cartes en mains. Il faut créer les conditions leur permettant d'avoir la pleine maîtrise des enjeux, pour qu'ils se prononcent, décident et trouvent par eux-mêmes les solutions aux défis posés.

 

N'y a-t-il pas, dans la manière dont nous posons les questions depuis un certain temps, une sur-représentation des questions stratégiques et organisationnelles ?

 

Nous devons nous interroger avec plus de rigueur sur le contenu de notre projet de société, sur l'incapacité des luttes sociales et syndicales à mener des batailles offensives, sur celles de la gauche socialiste ou de l'extrême gauche à transformer la société.

 

Le pouvoir de droite décomplexé incarné par Sarkozy et applaudi par Kessler mène la guerre des idées tandis que la gauche, dans l'incapacité de reconstruire, passe son temps à s'interroger sur la forme quand c'est le fond qui est imperceptible pour toutes celles et tous ceux qui sont touchés de plein fouet par les politiques de casses sociales.

 

 Pour se hisser à la hauteur des enjeux dans la bataille idéologique et mener les luttes nécessaires, il faut un outil cohérent.

 

Même imparfait, même affaibli, rien n'indique qu'il faut aujourd'hui en finir avec le Parti Communiste comme semblent le proposer un certain nombre de camarades dirigeants ou non. Notre Parti est encore aujourd'hui une force militante considérable surtout lorsqu'il rassemble tous les communistes. L'enjeu, n'est pas d'encourager les querelles de "sensibilités" qui aboutiraient à la formation de tendances mais bien de reconstruire un outil plus efficace, plus créatif, plus rassembleur, plus proche de la population, plus ancré dans le monde du travail et les quartiers populaires...

 

La force du PCF est son nombre, son organisation, sa capacité de réflexion, de formation et d'action collective. Soyons conscients de la richesse que constitue un tel outil en même temps que nous analysons ses difficultés.

 

Ensemble nous pouvons relever le défi du développement d'un parti communiste moderne, utile, efficace et influent sur l'ensemble du territoire. Redéfinir la lutte des classes, comprendre le salariat du XXI ème siècle et contribuer à lui faire prendre conscience de sa force face au capitalisme financiarisé, proposer des choix politiques clairs nourris des luttes sociales et porteurs d'alternatives à la société de marchés: voilà des chantiers à creuser pour pouvoir espérer gagner les prochaines manches dans la bataille idéologique.

 

Dès lors, abandonner la référence au communisme sera vécu comme un renoncement à notre visée révolutionnaire de dépassement du capitalisme.

 
 
 

Suit la liste des 26 premiers signataires venant de divers départements(Bouches-du-Rhône, Somme, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Allier, Gironde, Finistère, Nord, Loire-Atlantique, Rhône, Paris, Ile-et-Vilaine, Bas-Rhin, Haute-Garonne, Val-de-Marne…)

 

Contacts
Aymeric Seassau

pcf44.seassau@orange.fr,

Jérôme Dulauroy  
djej@chello.fr
 
 

Commenter cet article