Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO


Alors qu'il nous assène à longueur de temps ses dogmes du haut de sa chaire de France-Inter sans que l'on ait le droit de le contredire, que faire?
Bernard Guetta vient de nous expliquer que la gauche "c'est comme Capri, c'est fini". Il n'y a plus d'ouvriers, il n'y a que des couches moyennes. Il n'y a plus de grande industrie, que des entreprises post-modernes. C'est pour cela que "la crise" profite à la droite et pas à "la social-démocratie". Fermer le ban !

Ce débat est d'importance car il y a à gauche aussi des militants qui pensent la même chose. Cela produit les idéologies du désir comme avenir de l'humanité, la décroissance pour tous y compris et surtout pour les couches populaires, le repli sur des solutions de nature individuelles, en un mot les "libéraux verts".
La refondation idéologique pour résister à l'offensive néolibérale demande d'abord de partir de la réalité matérielle et non d'une fiction fantasmée par les désirs des couches moyennes supérieures radicalisées.
Aujourd'hui le salariat représente plus de 90% de la population active (au lieu d'un peu plus de 70% en mai 68). Nous vivons donc l'extension du règne du salariat comme prévu par le vieux barbu du 19ème siècle.
Aujourd'hui, les ouvriers sont 6 millions de travailleurs dans la population active (sans compter les retraités). Les employés sont 9 millions (sans compter les retraités) et les cadres 3 millions et demi (sans compter les retraités).
Si le nombre d'ouvriers baisse, le nombre d'ouvriers et d'employés continuent à augmenter. Ce qui fait la caractéristique de la période est que les conditions d'ouvriers et d'employés deviennent les mêmes. Et l'évolution des forces productives fait que de plus en plus, le type de travail se rapproche par la mécanisation, la robotisation, l'informatique, l'électronique, etc.
Et si l'INSEE changeait ses catégories en y supprimant les "catégories intermédiaires"(ce qui ne veut rien dire!) et ajoutant "les travailleurs de l'immatériel" qui se rapprochent plus des couches populaires que des cadres, les chiffres précédents seraient amplifiés.
Aujourd'hui, 85% des contrats sont des contrats en CDI.
Voilà le constat dont ne parle pas France-Inter, la radio qui devrait être celle du service public.
La clé de toute pensée novatrice propre à aider à la résistance et à produire de la pensée alternative est de penser à partir de cette réalité.
Toute pensée qui commence à dire: "ce qui compte ce n'est plus le citoyen ou le salarié mais l'individu qui se détermine en dehors des catégories socioprofessionnelles" détourne des voies de la résistance et de l'alternative. C'est ce qu'on essayé de faire les Serge Mallet , les Guy Sorman et la plupart des intellectuels du post-modernisme qui les uns après les autres terminent leur voyage à droite, à gauche, dans ou en dehors de l'écologisme, dans une impasse théorique et pratique.
Toute pensée qui ne prend pas en compte les évolutions socioprofessionnelles par exemple en se figeant sur les réalités du passé sans comprendre que le monde change n'arme pas les combattants de la résistance et de l'alternative. C'est ce que font encore les nostalgiques du communisme orthodoxe et figé, du gaullisme historique, ou de toute autre figure politique et intellectuelle que l'on transforme en gourou.
C'est pourquoi la refondation intellectuelle pour résister au turbocapitalisme et pour produire la future hégémonie culturelle au sens de Gramsci se doit d'abord de résister aux idées à la mode, aux nostalgies trompeuses et de se soumettre au débat humble, contradictoire et fraternel.

Bernard Teper

Secrétaire national de l'UFAL

source : « ufal.info »

Commenter cet article