Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

La journée du 13 juin a illustré l’échec de la stratégie des manifestations « saute mouton ». A l’arrivée elle n’a rapporté aucun résultat, et celle-ci s’est terminée en queue de poisson.  Une belle occasion a été perdue. Alors que Sarkozy craignait un printemps chaud, le 19 mars au plus fort des luttes, aucune initiative n’a été prise pour réaliser la convergence des luttes.  Par centaines de milliers des salariés,  des enseignants, des chercheurs, des médecins hospitaliers, des juristes luttaient et se retrouvaient dans la rue. En métropole et aux Antilles le monde du travail et de la création attendait le « Tous ensemble ». La CFDT répondait qu’il ne fallait pas » Politiser le mouvement » La direction de la CGT s’alignait sur cette capitulation. Aujourd’hui Sarkozy et le MEDEF amplifient leur politique destructive.

Au cœur de l’été, alors que des luttes très dures se poursuivent, le silence de la direction confédérale est assourdissant. Son opposition aux formes de luttes âpres et vigoureuses imposées à des travailleurs en légitime défense, est confirmée dans le document d’orientation du 49e congrès. Elles seraient des « Tentatives pour discréditer les luttes syndicales ». Les travailleurs, et militants cégétistes, de Fabris, Continental, Molex, Nortel , Caterpillar, d’EDF GDF, et bien d’autres encore, apprécieront.

Dure avec les travailleurs qui luttent courageusement, mais complaisante avec le syndicalisme réformiste et le pouvoir, c’est ainsi que peuvent se résumer les choix actuels de la direction confédérale. Faux procès ? Mais comment caractériser une orientation qui préconise « Un processus de transformations sociales progressives » obtenu par le « Rééquilibrage de la négociation sociale dans un sens plus favorable aux salariés pour mener à la conclusion de compromis » La crise discrédite le système capitaliste. Son cortège d’injustices, de misères et de chômage, l’arrogance affichée par les nantis, les patrons et les banquiers voyous, sont insupportables. Tout milite en faveur de la lutte anti-capitaliste, pour un changement de système fondée sur la socialisation des moyens de production et d’échange. La conquête de nouveaux droits, et de nouvelles libertés pour le monde du travail à l’intérieur et à l’extérieur des entreprises, conditions indispensables pour réaliser une société plus juste et plus démocratique.

C’est le moment choisi par la direction confédérale pour s’inscrire plus encore  dans la mise en œuvre des choix politiques de la CES. Elle considère le système capitaliste comme un horizon indépassable pour l’humanité, il demande simplement à être moralisé. Fait hautement symbolique, pour la première fois Bernard Thibault participera à l’université d’été de la CFDT dont l’ordre du jour porte sur » Les défis du syndicalisme de demain » L’évènement témoigne de l’exceptionnelle harmonie qui règne entre les deux principaux syndicats. Moralisateurs du capitalisme : Nous sommes loin des positions défendues par un ancien secrétaire général de la CGT Henri Krasucki « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classe, elle provoque la division. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse. Renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer, pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement »

La direction confédérale arrivera t elle à escamoter le débat sur son bilan, ses orientations au profits d’un débat la seule question des structures internes ? Aussi importantes soient elles la bonne réponse à ces questions dépend avant tout des choix stratégiques. Ces questions dérangent, mais comment ne pas les poser.

Porté par les militants les plus engagés dans les récents combats, ce débat doit s’imposer. Il faut que les bouches s’ouvrent. Aujourd’hui il convient de mettre en échec cette stratégie de compromission politique et idéologique, et de travailler à un vaste mouvement populaire regroupant le monde du travail de la recherche, la jeunesse, les retraités, seul moyen de répondre à la crise et de faire bouger la situation sociale, politique, et idéologique. Ceci ne peut venir des politiciens de « Gôche » discrédités ; dont le seul objectif est l’alternance de 2012. C’est aussi ce vaste mouvement populaire qui créera un sursaut, redonnera aux masses populaires confiance en leurs propres forces.


Le 23 août 2009


Guy POUSSY

syndiqué à la CGT depuis 1950

source : "combat rebelle"

Commenter cet article