Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

FralibCGT-Olivier-Leberquier.jpg

J’interviens au nom du syndicat CGT de FRALIB et des salariés de notre entreprise en lutte depuis 903 jours contre la fermeture de notre site, pour le maintien de notre activité industrielle et de nos emplois.


Nous voulons mettre en débat trois sujets tirés de notre expérience sur le terrain et de ce que nous voulons que notre syndicat de classe la CGT se saisisse.


Durant 3 ans de lutte, nous avons reçu beaucoup de soutien des syndicats de notre profession et de l’interprofessionnel.


L’Agroalimentaire est concerné par de nombreuses luttes. Des conflits importants sont en cours. D’autres conflits se développent aussi dans toutes les industries, le commerce, la santé, les services publics.


Nous avons participé et organisé nombre d’actions communes avec d’autres camarades menant des luttes, et portons ensemble nos exigences communes.


Avec les Continental Nutrition, le Grand Conseil de la Mutualité des Bouches du Rhône, Pilpa, Goodyear, Ford, les Trois Suisses, Sanofi, Sodimédical, Arcelor et encore bien d’autres.


Nous voulons que notre CGT partage cette démarche de coordination des luttes et des entreprises en luttes pour la défense de l’emploi et du potentiel industriel national.


Pour cela nous proposons que soient mis en place des moyens où toutes nos structures participent pour coordonner les entreprises en luttes.


Les deux autres sujets que nous voulons soulever et qui sont totalement absents du document d’orientation et pourtant bien d’actualité et qui correspondent à de réelles exigences pour un vrai changement de société. Ce sont la réappropriation par les travailleurs des moyens de production et la Nationalisation qui doit être un des moyens pour y parvenir.


Il n’y a que les luttes qui peuvent nous permettre de reprendre aux patrons ce qu’ils nous ont pris ! La preuve en est faite avec notre lutte.


Notre Eléphant résiste et avance doucement mais sûrement vers la mise en œuvre de notre solution alternative et le démarrage de notre SCOP T.I


Nous avons obtenu l’annulation par la justice des trois plans de sabordage de l’emploi présentés par UNILEVER. A l’évidence la lutte paie.


Le dernier Arrêt rendu par la Cour d’Appel d’Aix le 28 février, est très clair. Le 3ème plan patronal est annulé ainsi que les licenciements.


Les salariés ont été licenciés deux fois et deux fois les licenciements auront été annulées !


Nous exigeons que nous soient cédés la marque « Eléphant » ainsi que les volumes de production nécessaires à la reprise de notre activité.


François HOLLANDE et le gouvernement doivent maintenant être conséquents, et faire vivre leur volonté affichée d’être aux côtés des salariés de FRALIB.


Nous voulons leur imposer qu’ils prennent toutes les dispositions pour que soient données toutes les suites concrètes au plan politique, économique et social et faire sauter « le verrou d’UNILEVER » qui bloque la solution alternative.


Les experts du Comité d’Entreprise ont confirmé la viabilité et la rentabilité de notre entreprise. Nous relevons le défi avec détermination et courage, autour de notre projet alternatif qui est la seule solution sérieuse et crédible pour le maintien de notre activité industrielle et nos emplois.


Le combat pour la poursuite de l’activité de production et de conditionnement de thé et d’infusions sur le site de Gémenos, le maintien de la marque « Eléphant » implantée depuis 120 ans en Provence et commercialisée uniquement en France, des tonnages de production en sous- traitance, sont des exigences qu’il faut concrétiser.


UNILEVER doit assumer toutes ses responsabilités. Il en a les moyens, L’Etat en a la responsabilité !


Nous avons obtenu par notre lutte que les bâtiments et les terrains soient rachetés par la Communauté Urbaine de Marseille. Nous avons imposé qu’UNILEVER cède l’ensemble de l’outil Industriel pour l’Euro symbolique.


Cela nous permet de fortifier notre projet pour le maintien de l’activité industrielle autour, avant tout, de la perspective de production de thés et infusions.


Cette nouvelle situation se construit autour de la volonté de « réappropriation ouvrière et publique des moyens de production ».


En septembre 2011, le Ministre du Redressement Productif Arnaud MONTEBOURG, alors en campagne au primaire socialiste pour l’élection Présidentielle est venu nous rencontrer dans notre usine. Il s’exprimait ainsi en ce qui concerne la défense de notre patrimoine industriel et la question posée par les Fralibs. Il proposait de prendre possession de la marque, d’exproprier Unilever, de l’indemniser à la hauteur de ce qu’il indemnise les salariés et il disait qu’il ferait une loi pour cela !!!


Alors, si l’exigence de réappropriation des moyens de production et de Nationalisation fait parti des promesses d’un candidat du parti socialiste devenu Ministre aujourd’hui, cela doit être une revendication forte portée par notre syndicat CGT dans le combat de classe qui nous oppose au Grand Capital.


Pour conclure, et comme depuis hier je n’ai pas ou peu entendu parler dans les références internationales de l’évolution des pays en Amérique Latine, je finirai par un :


HASTA LA VICTORIA SIEMPRE CAMARADES !


Olivier Leberquier

CGT Fralib


Source : Rouge Midi

Commenter cet article