Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Frustrations et colères se sont accumulées au fil des mois. Dans la dernière période elles ont été nourries par la confiscation du pouvoir par SARKOZY, par l’arrogance et le comportement indécent des banques, du patronat, ainsi que par la dictature des actionnaires imposant délocalisations et fermetures d’entreprises. Voilà qu’éclate maintenant le scandale du management des entreprises publiques et privées par la terreur qui a dejà conduit des dizaines de travailleurs au suicide. Cette situation insupportable ne pourra pas durer éternellement. Comment ne pas voir que ces tensions créent les conditions d’une forte explosion sociale. L’histoire de notre pays est jalonnée de ces explosions que personne n’avait vu venir.

Les centrales syndicales se sont fixées comme mission de canaliser le mécontentement afin d’éviter une explosion sociale. Cette stratégie prédomina durant le premier semestre 2009. Elle conduisit au découragement et à  l’échec d’un mouvement pourtant puissant et décidé. Les états majors syndicaux seront vite dépassés par les évènements s’ils n’opèrent pas une rupture avec les complaisances et les complicités qu’ils ont noué avec le pouvoir et le MEDEF, avec le Président de la République en particulier.

La CGT tient congrès dans quelques semaines. Le problème est de savoir si le 49e congrès servira de caisse de résonance des souffrances et des luttes du monde du travail et de la jeunesse. Sera-t-il le point de départ d’un ample mouvement interprofessionnel et intergénérationnel ? Verra t on la direction confédérale, qui craint l’analyse concrète de la situation, et l’action qui en découle, réussir à étouffer le débat, à museler la parole des délégués, en particulier celle des militants qui ont été à la tête des luttes de ces derniers mois ? Ce serait un véritable déni de justice, et de démocratie.

Pour éviter cette sombre perspective, plus que jamais les bouches doivent s’ouvrir, et leur force se transformer en bruit assourdissant.  

Guy POUSSY 

Syndiqué CGT depuis 1950 


 

 

Commenter cet article