Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Le Diablo

stop-privatizaciones.jpg

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

* à partir d'un article d'Avante, journal du PC portugais

 

Qui peut encore croire à l'efficacité des privatisations ? En Espagne, un rapport de la Cour des Comptes révèle que la gestion publique des services d'utilité publique locaux est plus efficace et moins chère que la gestion sous-traitée au secteur privé.

 

 

Un rapport évoqué à la fin de l'année dernière par l'agence de presse espagnole EFE analyse la prestation de services de nettoiement urbain et de collecte des déchets, sous gestion municipale et à la charge d'entreprises concessionnaires, en 2011.



Le nettoiement urbain 71 % moins plus cher avec le privé !



Dans ses conclusions, il souligne que le coût moyen du nettoiement urbain s'élève à 18,01 euros par habitant. Toutefois, cette valeur descend à 16,23 euros, quand le service est assuré directement par les municipalités, et s'élève à 27,83 euros, soit 71 % plus cher, quand il est livré par une entreprise bénéficiant d'une concession, d'un contrat par les collectivités locales.



Selon le document élaboré par la Cour des Comptes, plus de 80 % des services de nettoiement urbain étaient gérés directement par les communes en 2011, toutefois ce pourcentage diminue sensiblement dans le cas des grandes villes.



Et ce sont aussi dans les plus grands centres urbains que le coût moyen du serivce atteint les valeurs les plus élevées, pouvant monter jusqu'à 32,19 euros par habitant, quand il s'agit d'une concession privée, ou 19,07 euros par une gestion publique.



Mais la gestion publique n'est pas seulement moins chère, elle est aussi de meilleure qualité, peut-on déduire du rapport, selon quoi le prix plus élevé du privé ne se traduit pas dans les indices de qualité du service.



Au contraire, tandis que dans les petites localités le service municipal garantit en moyenne le maintien de 36 poubelles pour 100 habitants, cette proportion tombe à 6 pour 100 quand le service est privatisé.



Pour ce qui est des grandes villes, l'étude évoque le fait que ce rapport se stabilise autour d'1 poubelle pour 100 habitants, que la gestion soit privée ou publique.



Collecte des déchets : même constat



Concernant la collecte des déchets urbains, le coût moyen par habitant s'élève à 48,76 euros, et il se révèle que c'est de nouveau la gestion publique qui est la plus économe pour le contribuble, avec une valeur moyenne de 42,55 euros par habitants contre 53,90 euros pour le service privatisé.



Les économies d'échelle se vérifient aussi dans ce cas, c'est-à-dire que plus grande est la ville et moins chère se révèle le service. Ainsi, tandis que le coût moyen du service public dans les grandes villes chute à 37,54 euros, l'offre privée se chiffre à 52,33 euros.



Ces différences significatives, désormais prouvées officiellement par la Cour des comptes d'Espagne, ont déjà conduit plusieurs municipalités importantes, c'est le cas de la ville de Leon, au Nord-ouest, à remunicipaliser la prestation du nettoiement urbain et de la récolte des déchets, ayant permis des économies chiffrées à 8 millions d'euros.

Commenter cet article