Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Michel El Diablo

patrons-manipulent.jpg

NOËL - L’INFÂME CADEAU AUX PATRONS : Thierry MANDON, Secrétaire d'état PS à la simplificaton (sic), DÉCIDE qu'avant le vote d'une loi, son texte sera soumis à NEUF PATRONS-COMMISSAIRES assermentés du MEDEF !

L’information est pratiquement passée sous silence, mais elle mériterait pourtant qu’on s’y arrête quelques instants. En effet, à partir de janvier 2015, un groupe de neuf chefs d’entreprises sera chargé d’évaluer toute nouvelle loi impactant les entreprises avant même que les parlementaires en soient saisis.


Pour justifier de faire passer les lois par ce comité de censure, le secrétaire d’Etat chargé de la simplification, Thierry Mandon, qui fut il y a peu député, a battu sa coulpe de parlementaire :


« Quand on vote un droit nouveau, on sous-estime la mise en œuvre concrète de ce droit (...) Il faut désormais, qu’avant de voter un texte, on demande à ceux qui seront chargés très concrètement de l’appliquer si, d’après eux, les conditions de mise en œuvre sont bonnes ou non. »


L’air de rien, vent-debout contre la mise en œuvre du compte pénibilité, une si mince avancée de la dernière réforme des retraites, le Medef est non seulement en passe d’obtenir sa mise à mort au nom d’une complexification coûteuse, mais il obtient désormais le droit d’écrire la loi en la censurant. C’est faire bien peu de cas du rôle du Conseil économique, social et environnemental où siègent les « forces vives de la Nation » (dont le patronat et les syndicats) dont le gouvernement devrait recueillir l’avis avant de faire la loi.


Il ne suffit donc plus que les entreprises aient portes ouvertes dans les cabinets ministériels, que les branches aient leurs lobbyistes appointés dans les couloirs de l’Assemblée, du Sénat ou encore à Bruxelles et Strasbourg.

Avec cette mesure anodine, le patronat sécurise, verrouille.

Notons au passage concernant ce compte pénibilité tant décrié qu’il eut été plus simple d’en faire un droit collectif à l’image de ce qui se pratiquait par exemple pour les personnels de soin des hôpitaux publics. Mais le patronat n’en a jamais voulu. Il a fait capoter trois ans de négociation sur la pénibilité et obtenu finalement ce qu’il qualifie aujourd’hui de monstre réglementaire.


Souvenons-nous qu’en mai 2013, lorsque la bataille faisait rage pour la présidence du Medef, un certain Thibault Lanxade proposait « que les postulants à ces postes de ministre soient dans l’obligation de réaliser une audition devant le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE). Nous souhaitons valider leurs connaissances et disposer pour ce faire d’un droit de veto ».


Le jeune patron exigeait ainsi que des personnes « compétentes », « engagées » et « en prise directe avec le monde de l’entreprise », soient nommées aux ministères qui concernent les secteurs de l’économie et des politiques sociales. » Ses vœux ont été exaucés avec la promotion d’Emmanuel Macron, lequel est en train de se chercher une majorité pour faire passer des reculs sociaux dans une loi fourre-tout.


Cette prééminence des intérêts des entreprises dans la politique économique et sociale est à comparer avec l’indigence et la vanité du dialogue social qui se résume la plupart du temps à des négociations de couloirs sur des calendriers imposés par l’Elysée et Matignon et sur des cahiers de doléances patronales. C’est aussi à cela que l’on mesure le virage libéral clairement assumé par François Hollande.


source : interview de Thierry Mandon sur FranceInfo.fr : "Les entreprises vérifieront l’impact des lois les concernant"


Lu sur le site:  Filpac- CGT

Commenter cet article