Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

hopital-85 km

POI

Un rapport de la Cour des comptes, présidée par le « socialiste » Didier Migaud, recommande de tailler 5 milliards d’euros dans le budget des hôpitaux.

 

C’était en septembre 2013. Une mission parlementaire s’est alors mise au travail avec cette feuille de route. Sa proposition aboutit à 3 milliards d’euros d’économies dans les dépenses de santé.

 

 

Copie refusée : Hollande lui a demandé de la reprendre pour trouver des économies supplémentaires.

 

 

« Pacte de responsabilité » oblige, il faut dégager 50 milliards d’euros d’économies dans le budget de l’Etat, des collectivités territoriales, de la Sécurité sociale.

 

« Pacte de responsabilité » oblige, il faut piller dans tous les domaines afin de pouvoir accorder 30 milliards d’euros aux patrons qui ne paieraient plus les cotisations d’allocations familiales.

Pour la population, les conséquences sont désastreuses.

 

Un décès inexpliqué a eu lieu aux urgences de l’hôpital Cochin, en plein cœur de Paris.

 

Les urgences étaient surchargées, notamment à cause de la fermeture des urgences de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.

 

Le Dr Gérald Kierzek, ancien responsable du service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) de l’Hôtel-Dieu et médecin urgentiste, explique : « Un décès aux urgences, c’est déjà rare. Mais la particularité de ce drame, ce qui lui donne un caractère exceptionnel, c’est que la patiente est décédée dans la zone d’attente, après plusieurs heures, avant d’avoir pu voir un médecin urgentiste. (…) Nous n’avons cessé de lancer l’alerte sur les risques de la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu, nous avions fait un communiqué le 30 octobre dernier, dont le titre était : “Faut-il attendre un mort pour agir ?” C’est mécanique, lorsque vous fermez un service des urgences alors que vous êtes déjà en flux tendu dans tous les services des urgences de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Et cela se passe aussi ainsi en province. Le flux du service qui ferme va se reporter sur les autres services qui ne sont pas dimensionnés.

(…) Il y a eu une décision administrative de fermer un hôpital qui était parfaitement fonctionnel, parfaitement aux normes, parfaitement rénové, qui faisait 120 000 urgences par an, et cela sans prévoir comment ce flux allait pouvoir être absorbé. On a rayé de la carte un hôpital couvrant neuf arrondissements en plein cœur de Paris, et tous ces patients, les graves, les moins graves, se sont retrouvés dans un autre hôpital. (…) La responsabilité de la ministre est complètement engagée. On l’a avertie par voie publique, par des communiqués, des lettres.

(…) Cela sert de triste modèle pour les services des urgences des petites villes de province, à qui on dit : vous voyez bien, l’Hôtel-Dieu a pu fermer, vous êtes moins importants, avec moins de passages, donc on va vous fermer. »

Pour la défense du droit à la santé, aucun « pacte » n’est possible avec le gouvernement !

Non au « pacte de responsabilité »

de destruction de la Sécurité sociale, de démantèlement des hôpitaux !

 

Commenter cet article