Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 

la-marseillaise-logo

Que Laurence Parisot qualifie de « bon boulot » l’action de Nicolas Sarkozy durant le quinquennat qui s’achève, c’est bien la moindre des choses. Venant de la patronne des patrons, affirmer le contraire relèverait même de l’ingratitude.

Quelques jours plus tôt, Ernest-Antoine Seillière, l’un de ses illustres prédécesseurs avait donné le ton en annonçant sur les ondes de France 2 qu’il voterait pour le sortant. L’émission s’appelant « les quatre vérités », une au moins aura été dite.

Tout aussi naturel l’appel de la CGT à ne pas renouveler le bail de l’actuel hôte de l’Elysée. N’en déplaise à Raffarin qui, lors du fameux meeting de Villepinte, renia dans une même envolée « Marx, Freud, Darwin et les biologistes », accuser le premier nommé d’avoir inventé la lutte des classes, équivaut à demander à Franklin d’avoir inventé la foudre.

Bernard Thibault, et avec lui, les centaines de milliers de salariés qui ont combattu la « réforme des retraites » dans l’unité syndicale, a les mêmes raisons d’appeler à battre Sarkozy, que les président(e)s successifs du syndicat patronal d’aspirer à le voir rempiler. Et de s’en prendre avec véhémence au secrétaire général de la CGT, accusé de faire de la politique.

Comme si, prétendre avec Laurence Parisot que « Mélenchon est beaucoup plus l’héritier d’une forme de Terreur que l’héritier des plus belles valeurs de la Révolution », méritait le label de l’apolitisme ! Que de nombreux syndicalistes de toutes appartenances pensent au contraire que le Front de gauche perpétue l’héritage des plus belles conquêtes démocratiques et sociales, voilà qui est aussi insupportable à l’homme de Neuilly qu’à la dame patronnesse ! Après la CGT, c’est la CFDT qui devient la cible des foudres élyséennes. Ses « permanents » sont accusés de « trahir les salariés de Florange ». La preuve, ils se sont rendus à son siège de campagne.

Décidément, le candidat de l’UMP est aussi ignorant des choses du syndicalisme que sa laudatrice de l’histoire de Révolution française. On ne lui demandera pas le prix du ticket de métro que sa porte- parole Nathalie-Kosciusko-Morizet est incapable de lui indiquer, mais on pourrait au moins attendre du chef de l’Etat une plus juste appréciation du nombre de permanents qu’un syndicat peut payer. Il est vraiment temps d’en changer.

Christian Carrère

Source : quotidien « La Marseillaise » du 7 avril 2012

Commenter cet article