Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

austerite-tue

 

Les gouvernements au service du grand capital en Europe,  l'Union Européenne elle même,   détruisent les acquis sociaux des salariés. Faire  baisser ce qu'ils appellent le coût du travail est leur grand objectif car cette baisse doit permettre d'augmenter les profits capitalistes. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que la lutte des classes dans les pays européens présente des caractéristiques communes.

 

En Italie des centaines de milliers de salariés ont répondu à l'appel de la CGIL pour dénoncer les projets du social-démocrate Renzi de réformer le marché du travail. On connaît la chanson : « il faut plus de souplesse pour créer des emplois », en réalité, il faut donner au patronat plus de moyens pour contrôler les salariés et les mettre en position de faiblesse.

 

En Grande Bretagne, ces mesures « d'assouplissement » ont conduit à ce que l'on appelle les contrats zéro heure.  Un salarié soumis à cette règle doit attendre le bon vouloir de son patron pour venir travailler. Il peut être utilisé à tout moment et s'il refuse, il est mis hors course. C'est la logique de « l'assouplissement » menée à son terme ultime. Des manifestations récentes dans ce pays montrent que la pression monte pour dénoncer ces conditions d'emploi. De nombreuses catégories salariales sont en lutte et manifestent pour les salaires et les conditions de travail.

 

En Allemagne pays tant vanté pour son « modèle social » et sa réussite économique, la crise fait aussi des ravages. On y trouve de très bas salaires : à prendre ou à laisser ! Pourtant malgré la pression des syndicats de collaboration de classe, le mécontentement s'exprime. On l'a vu avec la grève des cheminots pour les salaires et la diminution du temps de travail et celle des pilotes pour les retraites.

 

Ces grèves menées par des syndicats catégoriels inquiètent le pouvoir qui y voit la préfiguration de mouvements plus importants. Avec la complicité des syndicats inféodés au patronat et au pouvoir, le gouvernement envisage d'interdire les actions dites catégorielles. Parce que le capital n'a pas d'autre choix que celui d'accroître l'exploitation du travail, les conditions de l'affrontement de classe vont se développer partout dans le Monde et en Europe.

 

Une perspective existe, elle ne peut être que celle de la lutte résolue contre la politique du capital pour obtenir tout de suite satisfaction aux revendications et construire une alternative à la société dominée par le capitalisme. Alternative que nourrissent les luttes et qui doit passer par la destruction du système capitaliste et la construction d'une société socialiste de la propriété collective basée sur la coopération des salariés.

 

 

source:

www.sitecommunistes.org

Commenter cet article