Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

ukraine-carte

Arseni Iatseniouk, "premier ministre" ukrainien nommé par les manifestants de l'Euromaïdan, a déclaré que son gouvernement devrait accepter les conditions avancées par le Fonds monétaire international (FMI) pour recevoir des prêts, écrit mardi 18 mars 2014 le quotidien "Rossiïskaïa gazeta".

 

 

Les négociations pour l'obtention d'un crédit pourraient commencer prochainement : le FMI a prolongé le séjour de sa mission en Ukraine jusqu'au 21 mars. Kiev espère remplir toutes les conditions imposées pour obtenir 15 milliards de dollars d'ici 18 mois.

 

 

Au total, la liste du FMI contient dix points - qui ressemblent plutôt à un plan par étapes pour une réduction de la population. Par exemple, cette liste comporte l'augmentation de l'âge de retraite de deux ans pour les hommes (jusqu'à 62 ans) et de trois ans pour les femmes (jusqu'à 63 ans). La privatisation de toutes les mines publiques et l'annulation des subventions pour le secteur du charbon, la levée des privilèges pour les entreprises du service public, les transports et autres services communaux, la cessation du soutien de la nutrition scolaire et médicale gratuite, ainsi que de la fourniture de manuels scolaires gratuits. La liste se poursuit avec l'annulation de la fiscalisation simplifiée et des privilèges pour le remboursement de la TVA pour les agriculteurs, ainsi que le retour au paiement de cette taxe pour le secteur pharmaceutique. Il est également prévu de lever le moratoire sur la vente des terrains agricoles pour les fermiers et de couper les subventions pour les producteurs de porc et de volaille.

 

 

Ce n'est pas le plus important : le FMI exige de l'Ukraine d'augmenter le prix du gaz pour les entreprises communales de 50%, et de 100% pour les particuliers. Les tarifs d'électricité doivent également augmenter de 40% pour tous les consommateurs. Pour terminer, il est proposé de libéraliser les tarifs des services publics, de les rendre "marchands" et de les rattacher au tarif du gaz.

 

 

Bien qu'aucun crédit n'ait encore été accordé par le FMI, le gouvernement ukrainien réduit déjà ses dépenses. Lors de leur dernière réunion les ministres ont annoncé la réduction d'une trentaine de programmes budgétaires "non prioritaires", soit 700 millions de dollars. La liste des dépenses réduites est inconnue mais on sait déjà comment sera utilisé l'argent économisé : il servira à satisfaire les requêtes budgétaires du ministère de la Défense et de l'Intérieur. C'est-à-dire pour la garde nationale, où il est prévu de recruter 40 000 hommes. En attendant cet argent le ministère ukrainien de la Défense appelle la population à aider l'armée grâce à des SMS de 5 hryvnias, aux alentours de 50 centimes d'euro.

 

 

Il est impossible pour l'instant d'évaluer l'impact de la signature des conditions du FMI sur le budget de la population. Mais on peut déjà s'imaginer un tableau approximatif. Le salaire moyen en Ukraine était l'an dernier aux alentours de 400 euros par mois. Sachant que le paiement pour un appartement de type F2 peut s'élever jusqu'à 40 euros, et les services communaux (l'eau l'électricité et le gaz pour une famille moyenne) coûtent le double - jusqu'à 80 euros. Il est évident que l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité aurait un sérieux impact sur les dépenses des Ukrainiens. Alors que toutes les subventions seront levées d'après le plan du FMI, d'autant plus qu'il n'est pas question d'une augmentation des salaires.

 

source: RIA NOVOSTI

Commenter cet article