Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

VILLEJUIF (Val-de-Marne) : Après la débaptisation du parvis Georges Marchais, une LETTRE OUVERTE de sa veuve au Maire de Villejuif

LETTRE OUVERTE

Madame Liliane MARCHAIS

à

Monsieur LE BOHELLEC

Maire de Villeljuif

 

Objet: Parvis Georges MARCHAIS à Villejuif

 

Monsieur le Maire,

 

Je vous demande une nouvelle fois de reconsidérer votre délibération visant à changer le nom du parvis Georges Marchais.

Inauguré en 2013, ce lieu rappelle simplement qu'il fut député durant 24 ans, élu à 6 reprises, engagé au service de l'intérêt général, un élu représentant l'ensemble des populations.

Depuis l'annonce de votre décision, des citoyens, des élu(e)s, des personnalités, dans une grande diversité d'opinions, vous demandent de revoir cette délibération, qualifiée même dans votre propre majorité "d'insultante", "d'inutilement provocatrice et arrogante" (JF Harel, UDI, 21/12/2014).

Alors que nos concitoyens demandent à leurs élu(e)s de créer les conditions du "vivre ensemble", de trouver des solutions rapides à la crise, d'améliorer leur quotidien, vous semblez persister à vous acharner sur un homme, une histoire, qui ne vous conviennent pas.

Vous avez tenté, par votre délibération, d'opposer deux personnalités villejuifoises, en renommant ce parvis du nom du Professeur Mathé, précurseur de la cancérologie moderne, pionnier de la greffe de moelle, de l'immunothérapie et de la chimiothérapie des années 50 aux années 80 à Villejuif. Cette opposition n'a aucun sens et les deux familles la refusent.

Malgré leurs convictions politiques différentes, l'un gaulliste, l'autre communiste, Catherine Gaston-Mathé a rappelé que son père "avait coopéré activement avec Georges Marchais pour développer la recherche médicale contre le cancer à Villejuif" et "qu'elle souhaitait qu'une solution soit trouvée pour honorer les deux Georges et rassembler ainsi toutes les sensibilités françaises".

Malgré nos courriers, nos différentes relances, vous refusez de me répondre, de me recevoir.

Votre mépris ne concerne pas simplement mon mari.

J'ai donc saisi, avec ses enfants, le tribunal administratif le 17/02/2015. Je me suis également adressé au Préfet du Val de Marne, par courrier.

Dans sa réponse, il m'indique "avoir saisi votre municipalité par courrier le 6/02/2015, en rappelant la nécessité d'agir pour l'intérêt général", et en vous invitant à "mettre à profit le délai de 2 mois couvrant sa lettre d'observations, datée du 06/02/2015, pour trouver un compromis acceptable avec les deux familles", et "reconsidérer, par là même, sa position." (Monsieur Leleu Thierry, Préfet du Val de Marne, Créteil le 20/02/2015)

Compte tenu de tous ces éléments, je n'ose imaginer une mise en œuvre imminente de votre délibération.

Je crois savoir que des projets sont à l’étude afin d’honorer le Professeur Mathé.

Sachez que nous y sommes, bien entendu, favorables.

Me tenant toujours à votre entière disposition, recevez Monsieur le Maire, l'expression de mes salutations distinguées.

 

Liliane Marchais

 

Pour lire l'article de l'HUMANITE, cliquez sur le lien ci-dessous:

Commenter cet article