Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

La LUTTE DE CLASSE a pris un caractère NATIONAL  (Claude Beaulieu)

LA LUTTE DE CLASSE A PRIS UN CARACTERE NATIONAL

Lorsque Cohn-Bendit, Négri, Strauss-Kahn, Rocard, Giscard et bien d’autres, expriment leur haine de la nation. C’est en réalité une haine du peuple et de la République qu’ils manifestent. C’est une haine de classe au service de l’Europe supranationale, instrument destiné à pérenniser la dictature de la globalisation capitaliste, menée par la finance mondialisée.
Une haine de classe car de nos jours, les capitalistes n’ayant plus de patries, les Etats- nation sont devenus, au service des peuples, les principaux obstacles à la domination de ce totalitarisme sous hégémonie germano-américaine, lequel entend bien les détruire.

Pourtant, la réalité nationale est bien vivante.
En France, avec la République et la question sociale, desquelles elle est indissociable, elle reste au cœur du combat populaire pour la liberté, la paix, la démocratie, le progrès et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Pendant longtemps, le PCF a défendu une position qui était naturellement à la fois internationaliste et nationale. Le rôle patriotique des communistes, notamment dans la Résistance et, un peu plus tard, contre la CED, en témoigne. En septembre 1952, lors d’une réunion du Comité Central à Montreuil, Jacques Duclos lançait même un appel
"Pour un Puissant Front National Uni" , contre la CED, projet d’Europe supranationale de la « Défense » et relais déjà, de la menace américaine et atlantiste.

Cette permanence de la soumission de cette Europe à l’impérialisme américain et à sa politique d’agression et de guerre, n’a jamais été démentie. Elle se trouvait confirmée, dans le projet fédéraliste de « Constitution européenne », ultra-libéral, totalitaire et toujours atlantiste. Il serait utile d’étudier cela d’un point de vue historique...

A une autre époque, pour les mêmes raisons, Georges Marchais a été tenté par un changement d’alliance et de stratégie, avec le mot d’ordre d’union du peuple de France. Je suis de ceux qui pensent que cette politique, si elle avait été développée, aurait seule pu permettre de résister efficacement et de manière offensive contrairement à l’enlisement délétère dans la politique dite d’union de la « gauche ».

Cette stratégie d’union du peuple de France, inspirée de la Résistance reste pertinente, elle peut ouvrir le chemin d’un rassemblement populaire majoritaire.

Pendant longtemps, lorsque que les partisans du nihilisme national insistaient sur la phrase tronquée de Marx "les prolétaires n’ont pas de patrie", les communistes répliquaient que la classe ouvrière n’était pas hostile à la nation, mais qu’elle devait avoir pour objectif d’y conquérir le pouvoir politique accaparé par la bourgeoisie dominante. Marx et Engels prévoyaient lucidement que le moment viendrait ou la classe ouvrière devrait s’ériger en classe nationalement dirigeante, « devenir elle-même la nation ».

Aujourd’hui, prenons-en conscience en Europe particulièrement, ce sont les capitalistes financiers qui n’ont pas de patrie. Les dirigeants américains, tout étant eux-mêmes des nationalistes bellicistes, entendent détruire les Etats- nations qui sont pour les peuples, les bases de leur résistance et deviennent le cadre privilégié du combat démocratique.

La lutte de classe a pris un caractère national. Le peuple laborieux, dans le combat actuel, doit s’unir et reconquérir la souveraineté populaire et nationale, rétablir la République et la démocratie. C’est le seul chemin vers le progrès social et l’émancipation.

Par opposition aux pratiques de soumission de la social-démocratie maastrichtienne, le moment est venu d’une rupture franche. Celui de la construction d’une alternative populaire, démocratique, anti-impérialiste, patriotique, républicaine et sociale. L’internationalisme passe par la résistance des nations et des peuples, par leur alliance. Toute Europe supranationale est incompatible avec le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Un rassemblement pluraliste, du type de celui de la Résistance, est à l’ordre du jour.

Claude Beaulieu

militant communiste,
président du Comité Valmy.

Mai 2006

*****

Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot.
.....Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme, et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation. Du jour où tombe l’antagonisme des classes à l’intérieur de la nation, tombe également l’hostilité des nations entre elles.
(Marx et Engels, le Manifeste du Parti communiste.)

SOURCE:

Commenter cet article

Gallier 29/07/2015 09:55

S'il vous plait, Négri a peut être une place à part dans cette liste. Non ? Nous n'avons pas besoin de ces raccourcis et de ces amalgames. Nous avons besoin de la vérité. Amicalement. Claude