Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Corée du sud : Le dirigeant syndical Han Sang-gyun condamné à 5 ans de prison

Le 4 juillet 2016, le dirigeant syndical Han Sang-gyun a été condamné à 5 ans de prison, mettant en lumière la répression anti-syndicale accrue en République de Corée, dénoncée de manière constante par le Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD). Nous reproduisons ci-après un communiqué publié le jour même de la condamnation par Amnesty International.

**********

Corée du Sud: La peine de prison prononcée contre un dirigeant syndical porte un coup à la liberté de manifester pacifiquement

Le 4 juillet 2016

La condamnation d’un dirigeant syndical à cinq ans d’emprisonnement illustre une fois de plus l’intensification des attaques du gouvernement contre le droit à la liberté de manifester pacifiquement en Corée du Sud, a déclaré Amnesty International lundi 4 juillet.

Lundi 4 juillet, le tribunal du district central de Séoul a condamné Han Sang-gyun, président de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU), pour son rôle dans l’organisation de plusieurs manifestations. La plus en vue a été le « Rassemblement populaire » du 14 novembre 2015, majoritairement pacifique.

« Han Sang-gyun est la dernière victime en date de la répression de plus en plus implacable menée en Corée du Sud contre l’opposition pacifique. Sa condamnation est injuste et honteuse », a déclaré Arnold Fang, spécialiste de l’Asie de l’Est à Amnesty International.

« La peine prononcée porte un coup terrible au droit à la liberté de réunion pacifique, en dissuadant les autres personnes qui voudraient organiser des manifestations. En aucun cas les organisateurs ne doivent être tenus pour responsables des actes de ceux qui sabotent une manifestation pacifique. »

En requérant huit ans d’emprisonnement, le ministère public a souligné que, Han Sang-gyun étant dirigeant syndical, ses actions devaient être considérées comme des « méfaits » de la KCTU et de l’ensemble du mouvement syndical, et non comme des actes commis uniquement à titre personnel.

Des dizaines de milliers de manifestants ont participé au « Rassemblement populaire » de novembre dernier contre le gouvernement, au cours duquel des affrontements ont eu lieu entre police et manifestants. La police a eu recours à une force excessive lors de ces manifestations majoritairement pacifiques, notamment en utilisant des canons à eau, et des manifestants ont été blessés. Quelques rares participants étaient armés de tuyaux en métal et de tiges de bambou taillées en pointe.

Un rassemblement pacifique ne perd pas son caractère pacifique du fait de violences sporadiques ou du comportement illicite de certaines personnes. Si une minorité de manifestants agissent de façon violente, la police doit faire la distinction entre ceux-ci et les autres lors des opérations visant à rétablir l’ordre public.

La police a arrêté Han Sang-gyun en décembre 2015, lorsqu’il s’est livré de son plein gré après s’être réfugié dans un temple du centre de Séoul pendant 25 jours, à la suite du « Rassemblement populaire ». Il a été inculpé de diverses infractions allant de l’outrage à des fonctionnaires au blocage de la circulation.

L’arrestation et la détention de dirigeants syndicaux, de syndicalistes et d’autres manifestants ne se sont pas limitées à Han Sang-gyun. Plus de 500 membres de la KCTU ont été convoqués par la police en raison de leur participation au rassemblement, dont 13 ont été jusqu’à présent condamnés à des peines de huit à 18 mois de prison.

« Toutes les personnes détenues uniquement pour avoir exprimé pacifiquement leurs opinions doivent être libérées immédiatement et sans condition. La Corée du Sud doit cesser de persécuter des personnes qui ne font qu’exercer leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique », a déclaré Arnold Fang.

Dans un rapport sur la Corée du Sud présenté à l’issue de sa visite dans ce pays en janvier 2016, Maina Kiai, rapporteur spécial des Nations unies sur le droit de réunion pacifique et d’association, a indiqué que le fait d’accuser des manifestants de certaines infractions pénales, telles que le blocage de la circulation, criminalisait de fait le droit de réunion pacifique.

SOURCE:

Commenter cet article