Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

François ASSELINEAU : le pour, le contre et les questions

Il est l’imprévu du carré des sept finalistes. Et il faut bien dire que ses premières apparitions médiatiques ne passent pas inaperçues. Qui est donc ce diable de François Asselineau sorti du chapeau des 500 parrainages ?

Âgé de 59 ans, il est le fondateur de l’UPR (Union pour la République), revendique 16.000 adhérents. L’homme n’est manifestement pas de gauche. Il se revendique de Charles de Gaulle, de Philippe Seguin et du Conseil national de la Résistance. Est passé par les cabinets de Charles Pasqua et d’Alain Juppé.

Sur les médias, François Asselineau tient assez facilement en respect les chausse-trappes grossiers que lui tendent les éditocrates qui l’interrogent, impose un discours très préparé et des arguments méticuleusement choisis, au point de revenir en boucle au fil des interviews : l’exemple de la Suisse, de la Norvège et de l’Islande s’épanouissant en toute indépendance face à l’UE, l’agonie de la Grèce et de l’Italie sous les diktats de Bruxelles et de la BCE, les 1000 personnes tombant quotidiennement sous le seuil de pauvreté en France, le suicide d’un agriculteur français en moyenne par jour, l’ubérisation galopante de la société néolibérale globalisée…

Aux insinuations sur son complotisme supposé, Asselineau répond en citant ses sources… toutes puisées dans les médias du microcosme de ceux qui l’accusent. À leur défense stupide d’une globalisation de plus en plus contestée, il réplique indépendance nationale et démocratie, plutôt que souverainisme, mot qu’il juge étriqué.

Programme (de l’UPR) contre programme (Insoumis)

Si l’on doit juger un candidat à son programme, force est de reconnaître que les premières mesures annoncées par François Asselineau sont plutôt attirantes, même si bien des zones d’ombre et des questions demeurent.

Le pour :

-La sortie de l’UE et de l’euro : cette première mesure tombe sous le sens (le nôtre en tout cas), ainsi que les deux qui suivent.

-La sortie de l’Otan.

-La nationalisation des services publics de base : EDF, GDF, SNCF, la Poste, France Télécom, la Sécurité sociale, les sociétés d’autoroutes…

-Médias : application de la Charte de Munich 1971 sur l’éthique et la déontologie du journalisme

Le contre :

-Le maintien de la Ve République et d’une prédominance présidentielle que François Asselineau entend d’évidence incarner.

Les questions :

-La politique sociale : à part la nationalisation des Services publics de base (ce qui est déjà quelque chose !), rien sur les mesures qu’entend proposer le candidat de l’UPR en matière de loi du Travail, de minima sociaux, de revenus, de répartition des richesses, de fiscalité…

-La politique financière : quid de l’attitude face aux dérives de la finance mafieuse ?

-Les autres zones d’ombre : pratiquement aucun élément sur le thème de l’Éducation nationale, de la Santé, de la Justice, de l’égalité homme-femme…

Aux risques de faire hurler les militants insoumis et les aficionados de l’UPR, je dirai que François Asselineau me paraît venir tout droit en complément de Jean-Luc Mélenchon, dont il compense les points faibles et les insuffisances : sur l’UE, par un discours accessible qui ne s’embarrasse pas d’envolées lyriques clivantes, par une meilleure maîtrise du cadre médiatique et de ses pièges.

En revanche, son programme, fort incomplet quand on le compare à l’Avenir en commun, ses zones d’ombre encore trop prononcées, laissent l’avantage au candidat de la France insoumise. N’empêche que dans la période de bouleversement dégagiste que nous traversons, François Asselineau ne saurait être tenu pour candidat négligeable.

 

SOURCE:

Commenter cet article

tom 15/03/2017 21:07

bonjour

je vous invite à visionner le programme de asselineau présenté hier mardi 14/03/17

Tout les points "d'ombres" ou "manquant" ont été plus qu'évoqués

C'est selon moi le programme le plus écolo et socialiste (au sens services publiques, lutte contre l'emprise des multinationales, etc) avec celui de mélenchon

la seule différence réside selon moi sur la position sur la 5éme république comme vous le dites si bien

de mon côté je reste persuadé que face aux grandes corporations devenues bien plus fortes que les Etats (une des conséquence du libéralisme), seul une nation avec un pouvoir présidentiel fort serait en capacité de lutter. DeGaulle, qui avait très bien compris la dynamique et les enjeux pour le siècle à venir, ne l'a pas faite ainsi par pure soif de contrôle !

Fanette 15/03/2017 17:29

Avez-vous la conférence du mardi 14 mars avant de dire qu'il n'a pas un programme complet ? Il est plus que complet et même pendant cette conférence qui a duré près de 4h, il n'a pas eu le temps d'évoquer tous les points de son programme (la vidéo est sur youtube si ça vous intéresse). Mais d'ici la fin de cette semaine, le programme sera publié et à lire, et donc je vous invite à le faire afin de pouvoir compléter votre article, svp.