Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par El Diablo

La critique de la politique d'Israël est-elle encore possible aujourd'hui ? DÉBAT avec Pascal Boniface et Dominique Vidal le 12 mars 2018 à Paris

Réunion publique organisée par l'UJFP le lundi 12 mars 2018, à 20h

au CICP, 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris

Avec Pascal Boniface et Dominique Vidal, autour de leurs livres.
Modérateur : Maxime Benatouil (UJFP).

Dans un contexte où l'instrumentalisation de l'antisémitisme est la nouvelle arme du gouvernement israélien et des sionistes en France, les propos d'Emmanuel Macron du 16 juillet 2017 : « L'antisionisme est la forme réinventée de l'antisémitisme" ont choqué les antiracistes et les ami-e-s de la Palestine. Ils ont suscité le livre de Dominique Vidal, journaliste et écrivain, et amplifié l'écho de celui de Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Pour déconstruire cet amalgame dangereux, l'UJFP les recevra ensemble pour un débat, à la lumière de leurs deux livres.

"Antisémite", de Pascal Boniface

« Rien ne justifie ce torrent de boue déversé sur lui »
Préface de Michel Wieviorka

L'antisémite. C'est ainsi que Pascal Boniface est perçu par de nombreuses personnes, juives ou non. Cette qualification déshonorante est en totale contradiction avec ses combats personnels, menés contre le racisme et l'antisémitisme.

Sa famille et lui-même ont été menacés. Le centre de recherche qu'il dirige, dont les travaux font autorité sur le plan national et international, a frôlé à plusieurs reprises la disparition, parce qu'il a osé critiquer un gouvernement étranger. Régulièrement traîné dans la boue depuis quinze ans, il n'a jamais écrit ou prononcé une phrase pouvant justifier un tel traitement.

Qu'une telle affaire se déroule en France paraît incroyable ; elle est pourtant réelle. Dans un récit autobiographique précis, touchant et enlevé, Pascal Boniface en tire des conclusions sur les effets délétères de l'importation du conflit israélo-palestinien en France.

Antisionisme = antisémitisme ?, par Dominique Vidal

Réponse à Emmanuel Macron.

« Mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde. »
Albert Camus.

Le 16 juillet 2017, Emmanuel Macron s'apprête à terminer son discours lors de la commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél' d'hiv'. Et soudain, se tournant vers Benyamin Netanyahou, qu'il a appelé « cher Bibi », il lance : « Nous ne céderons rien à l'antisionisme, car il est la forme réinventée de l'antisémitisme. »

Jamais un chef de l'État n'avait commis une telle erreur historique doublée d'une telle faute politique. Voilà ce que ce livre entend démontrer, sur un mode non polémique et pédagogique en traitant successivement de l'histoire du sionisme, de la diversité de l'antisionisme, de l'antisémitisme hier et aujourd'hui, enfin de la politique proche-orientale de la France.

 

SOURCE :

Commenter cet article