Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Chères Amies, Chers Amis,

Avec l’importante délégation de 82 personnes que nous avons organisée pour participer aux festivités du 200e anniversaire de la ville de Cienfuegos, je suis actuellement à Cuba.

 

Et j’ai le plaisir de vous faire profiter de l’excellent et pertinent article que notre ami journaliste José Fort vient de publier dans le quotidien La Marseillaise et qu’il nous a autorisé à en faire profiter nos lecteurs. Il traite des nouvelles attaquent perpétrées par le Président Trump contre Cuba et son peuple. Comme il nous y appelle : renforçons la solidarité, multiplions les coopérations avec Cuba !

 

Cuba sous le feu de Trump

 

Donald Trump s’apprête à franchir une nouvelle étape dans l’entreprise criminelle contre Cuba. Le président américain a donné son feu vert à l’entrée en vigueur, le 2 mai prochain, du titre 3 de la loi Helms-Burton. Cette loi extraterritoriale, promulguée en 1996, s’attaque aux entreprises étrangères présentes sur l’île au prétexte qu’elles profiteraient de biens ayant appartenu à des ressortissants américains nationalisés par le gouvernement révolutionnaire au début des années 1960.

 

Les entreprises européennes, et notamment françaises, pourraient être contraintes de quitter les lieux sous peine de se voir sanctionnées aux États-Unis.

 

Par ailleurs, la Maison-Blanche a accentué mercredi la pression sur l’économie cubaine en annonçant que les États-Unis allaient restreindre la possibilité de voyager à Cuba pour les Américains et limiter les montants des transferts d’argent autorisés vers l’île. Washington entend également interdire à la banque centrale cubaine d’accéder au dollar américain.

 

L’Union européenne a jugé « regrettable » la décision des États-Unis qui aura « un impact important sur les opérateurs économiques de l’UE à Cuba et ne peut que mener à une spirale inutile de poursuites judiciaires", ont déclaré la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmstrom, et la chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini.

 

La décision américaine suscite "beaucoup d’inquiétudes au sein de l’UE", ont souligné les commissaires concluant : "L’UEenvisage de saisir l’Organisation mondiale du commerce (OMC) avec d’autres pays partenaires, car la législation américaine est contraire à la loi internationale".

 

Soixante années de blocus économique contre la Grande Ile n’ayant pas réussi à détruire la révolution cubaine, l’action illégale et criminelle yankee franchit un nouveau degré dans l’ignoble : tenter d’étrangler un peu plus un peuple qui malgré le blocus, les sabotages, les attentats terroristes, les changements politique à l’échelle mondiale a résisté et résiste toujours.

 

Trump et son équipe composée en partie d’enfants et de petits enfants de contrerévolutionnaires s’attaquent frontalement à Cuba. Pas seulement.

 

L’impérialisme nord-américain s’est fixé l’objectif de renverser les gouvernements progressistes latinos, de mettre fin à des années de progrès social et démocratique, de reprendre pied sur ce que Washington considère toujours comme son « arrière-cour ».

 

Guerre ouverte contre le Venezuela, retournement du renégat président équatorien, tentative de déstabilisation du dirigeant bolivien Evo Morales, mise en place de dirigeants croupions au Chili, en Argentine, au Paraguay au Guatemala, au Honduras, et dans quelques autres pays de la région. Une structure criminelle « Condor bis » (de triste réputation dans les années 1970) coordonne actuellement toutes les actions visant à déstabiliser, par exemple, le Venezuela avec des attaques cybernétiques visant ses installations électriques.

 

Au paradis des malfaisants, à coup sûr, Trump occupera une place de choix. En attendant, la solidarité avec Cuba et les progressistes latinos s’impose.

 

José Fort

 

Bonne lecture !

 

Roger Grévoul Président Fondateur de Cuba Coopération
Directeur du site internet de CCF

 

PLUS D'INFORMATIONS EN LIEN CI-DESSOUS:

Commenter cet article