Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

SE DONNER LES MOYENS DE GAGNER EN 2022

Contribution collective au débat des communistes

Les élections de 2017 nous ont fait entrer dans une phase tout à fait nouvelle de notre histoire politique. L’accession au pouvoir de l’extrême droite est devenue une possibilité bien réelle. Et la situation ne fait qu’empirer : plus les politiques néolibérales font leurs ravages, et plus la démagogie raciste et fascisante gagne du terrain. La seule attitude responsable, pour 2022, est donc de partir de ce constat. Pour en tirer la conséquence évidente que seule une initiative politique d’ambition historique – aussi forte que le Front populaire dans les années 30 – peut permettre d’éviter la catastrophe.

C’est possible ! Après le désastre du quinquennat Hollande et la victoire de Macron, notre pays aurait pu se résigner et baisser la tête. Mais c’est l’inverse qui s’est produit : « Gilets jaunes », Marche climat, mouvement des retraites… sans arrêt il a retrouvé le chemin de la rue, de la grève et de l’action, dénonçant l’arrogance anti-démocratique, l’inaction écologique et la casse sociale. Sans cesse, depuis quatre ans, il a bousculé les plans de Macron. Il a même trouvé la force, en pleine pandémie, de se mobiliser contre les violences policières et le racisme, ou pour l’égalité femmes/hommes et contre la « sécurité globale ». Souvent décrit comme décliniste et pessimiste, notre peuple est au contraire bien là, debout et mobilisé.

C’est un atout majeur. D’autant que cette combativité peut converger avec une phase nouvelle et prometteuse de luttes un peu partout dans le monde : insurrections en Afrique, mobilisations exceptionnelles en Algérie, Irak, Soudan, Liban ou à Hong-Kong, ébranlements au Chili, Equateur, Nicaragua, Venezuela, Bolivie, etc. : chaque contexte est particulier, de même que les faits déclencheurs et les revendications spécifiques. Mais ce qui est commun est un mélange caractéristique d’exigences de justice sociale, de démocratie et de dignité, un rejet du « système », d’une économie néolibérale qui fait des ravages et d’un avenir bouché. Un malaise profond qu’exprime si fortement l’appel chilien à se mobiliser « jusqu’à ce que la vie vaille la peine d’être vécue ».

Mais sans convergence des luttes autour d’une perspective politique, sans se mettre en situation de gagner l’an prochain, nous n’éviterons pas le pire. La multiplicité actuelle des candidatures montre qu’en l’état, toutes ont renoncé à la possibilité d’une victoire en 2022. Certains camarades estiment aussi que la partie est perdue d’avance et préconisent une candidature communiste pour « faire avancer nos idées ». Allons-nous nous résigner à cette hypothèse défaitiste et rajouter notre propre candidature ? Nous serait-elle même pardonnée par toutes celles et tous ceux qui attendent de nous d’être à la hauteur de la situation ? Ou ferons-nous le choix de changer la donne, de bouleverser le débat actuel au plan politique et du débat d’idées ? Franchement, dans le contexte d’une telle mobilisation sociale, pouvons-nous nous contenter d’une telle résignation ?

Ce qui rend la gauche et l’écologie si faibles, poussant leurs électrices et leurs électeurs vers l’abstention ou le vote « utile », c’est leur incapacité à porter ensemble un projet de vraies transformations sociales, écologiques et démocratiques. Mais les élections à venir ne ressembleront pas à celles de 2017. Dans les urnes puis dans la rue, le peuple de gauche a puissamment exprimé non seulement son rejet des politiques néolibérales, mais aussi ses exigences en matière de justice sociale, d’égalité, de solidarité, de démocratie (notamment avec le Référendum d’Initiative Citoyenne), de refus de l’autoritarisme et des discriminations, d’écologie, de féminisme, etc. En s’appuyant sur ce qui bouillonne ainsi dans la société d’aspirations et de luttes qui mettent de plus en plus le capitalisme lui-même en accusation, avec un plan d’urgence précis mettant fin à la purge néolibérale, une gauche écologique d’alternative pourrait redevenir un acteur politique essentiel, capable d’un rassemblement majoritaire en 2022.

Pour réussir, il ne faut pas recommencer ce qui a échoué hier. Il faut inventer. Et notre Parti, fort de ses cent ans d’expérience, doit y apporter sa contribution.

Les dernières élections municipales ont déjà ouvert des pistes. Elles montrent que la gauche n’est pas morte et qu’elle est d’autant plus vivante et rassembleuse lorsqu’elle avance sur un projet clair. De nombreuses villes, et parmi les plus importantes, ont été gagnées par des listes citoyennes unitaires dans lesquelles les communistes ont trouvé toute leur place. Dans chacune de ces villes, elles et ils ont défendu leurs perspectives, leurs idées, la visée communiste. Elles et ils ont ainsi joué leur rôle de force révolutionnaire : contribuer en toutes circonstances à unifier les classes populaires et à porter leurs revendications.

A l’échelle nationale, nous pouvons proposer de poursuivre et élargir cette démarche. Au lieu des accords à l’ancienne qui commencent par le sommet – une proposition de candidature à l’élection présidentielle dont on sait qu’elle donne un rôle dominant sur tout le reste à celui ou celle qui est choisi·e – pourquoi, pour la première fois, ne pas tout mettre sur la table dès le début afin d’aller vers un accord global qui déciderait en même temps d’un programme de rupture avec le capitalisme et le productivisme, et de la participation de toutes les forces politiques, sociales et citoyennes qui le souhaiteraient aux responsabilités publiques : majorité parlementaire, gouvernement, Premier.e ministre et Président·e de la République portant toutes et tous ensemble la diversité de la gauche et de l’écologie. Avant même le passage à une 6ème République – qui doit faire partie de nos engagements communs fondamentaux – nous sortirions ainsi déjà du présidentialisme en organisant collectivement une répartition des pouvoirs qui enlèverait au Président de la République une bonne partie de sa prééminence antidémocratique.

Proposer un tel accord, sans précédent dans notre histoire politique, serait conforme aux efforts que nous avons toujours poursuivis : ne jamais laisser échapper une chance que le peuple de gauche puisse se rassembler pour gagner ; et exiger en toutes circonstances que ce rassemblement respecte chacune des forces qui le soutiennent. Rappelons-nous que, tout au long de notre histoire, c’est lorsque nous avons su nous ouvrir à d’autres pour créer les conditions d’une victoire (Front populaire, CNR, programme commun puis Front de gauche) que notre Parti a connu son rayonnement et sa dynamique les plus fortes. Notre peuple ne nous pardonnerait pas de laisser passer cette occasion historique. Mais il pourrait, si nous mettons toutes nos forces pour la rendre possible, se tourner à nouveau vers nous et donner un nouvel élan à notre Parti, et surtout à notre combat pour le bien commun.

Saisissons cette opportunité historique, et ouvrons le débat.

Les 200 premiers signataires:

Fatiha Aggoune (Val de Marne), Fatiha Alaudat (Hauts-de-Seine), Lysiane Alezard (Hauts-de-Seine), Gérard Alezard (Paris), Jacques Allenou (Val-de-Marne), Sylvie Altman (Val-de-Marne), Didier Altman (Val-de-Marne), Marie-Hélène Amiable (Hauts-de-Seine), Pierric Annoot (Hauts-de-Seine), Martine Antoine Ducroq (Val-de-Marne), Jean-Noël Aqua (Paris), David Arabia (Pyrénées Orientale), Josselin Aubry (Val-de-Marne), Julien Baillargeau (Val-de-Marne), Jean-Jacques Barey (Paris), Alain Bascoulergue (Puy-de-Dôme), Jérémie Beau (Rhône), Emmanuelle Becker (Val-de-Marne), Jacqueline Belhomme (Hauts-de-Seine), Benoît Belloni-Carini (Seine-Saint-Denis), Méhadée Bernard (Val-de-Marne), Cécile Bernies (Gironde), Nicolas Bescond (Val-de-Marne), Aurélie Biancarelli-Lopes (Bouches-du-Rhône), Michel Bilis (Paris), Gérard Billon (Hauts-de-Seine), Julien Biret (Deux-Sèvres), Yves Bise (Haute-Garonne), Hugo Blossier (Vienne), David Bodin (Deux-Sèvres), Thierry Bodin (Hauts-de-Seine), Antoine Bonhomme (Rhône), Bruno Bonin (Deux-Sèvres), Jean-Pierre Bontoux (Seine-et-Marne), Françoise Bontoux (Seine-et-Marne), Pascal Bortot (Moselle), Hadrien Bortot (Paris), Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris), Josiane Bouali (Gironde), Yasmine Boudjenah (Hauts-de-Seine), Jacques Bourgoin (Hauts-de-Seine), Sophie Bournot-Poulet (Alpes-Maritimes), Marie-Pierre Boursier (Hauts-de-Seine), Philippe Bouyssou (Val-de-Marne), Daniel Brunel (Seine-et-Marne), Alain Burle (Bouches-du-Rhône), Hugo Carlos (Gard), Julien Cazeneuve (Seine-Saint-Denis), Agnès Chadebech (Val-De-Marne), Lucie Champenois (Hauts-de-Seine), François Charron (Deux-Sèvres), Yves Chaumard (Seine-Saint-Denis), Robert Clément (Seine-Saint-Denis), Jean-Claude Cluzel (Yonne), Agnès Cluzel (Yonne), Philippe Coanet (Val-d’Oise), Franck Cœur d’Acier (Seine-maritime), Patrice Cohen-Seat (Paris), Danielle Cru (Jura ), Marie-Claire Culie (Tarn), Cathy Daguerre (Gironde), Violaine Darmon (Alpes-Maritimes), Gabriel Darmon (Bouches-du-Rhône), Stéphanie Daumin (Val-de-Marne), Sylvain David (Deux-Sèvres), Nicole Dechery (Rhône), Edmond Dechery (Rhône), Nicolas Defoor (Seine-Saint-Denis), Alain Delmas (Gironde), Joëlle Denis (Val-De-Marne), Brigitte Dionnet (Seine-Saint-Denis), Michel Duffour (Hauts-de-Seine), Ginette Dumas (Hauts-de-Seine), Philippe Dupont (Hauts-de-Seine), Albert Exposito (Haute-Garonne), Elsa Faucillon (Hauts-de-Seine), Gérard Fayolle (Rhône), Sonia Figueres (Hauts-de-Seine), Françoise Fiter (Pyrénées-Orientales), Claudie Fontes (Haute-Garonne), Samantha Fouquart (Seine-Saint-Denis), Michel Francheteau (Deux-Sèvres), Gérard Fréchard (Val-d’Oise), Theo Froger (Isère), Fanny Gaillanne (Paris), Benoit Gallais (Maine-et-Loire), Nadine Garcia (Hauts-de-Seine), Nicolas Garcia (Pyrénées-Orientales), Nicole Gaspon (Pyrénées-Orientales), Gabriel Gau (Paris), Martine Gayraud (Gard), Grégory Géminel (Val-de-Marne), Frédérick Genevée (Val-de-Marne), Vanessa Ghiati (Hauts-de-Seine), Laurent Gleizes (Alpes-Maritimes), Jean-Pierre Grangié (Ariège), Joëlle Greder (Tarn-et-Garonne), Jean-Louis Grégoire (Maine et Loire), Antoine Guerreiro (Val-de-Marne), Didier Guillaume (Val-de-Marne), Fabienne Haloui (Vaucluse), Mathilde Hardy (Rhône), Alain Hayot (Bouches-du-Rhône), Maurice Hérin (Sarthe), Huguette Hérin (Sarthe), Catherine Herrmann (Bouches-du-Rhône), Madeleine Hivernet (Hauts-de-Seine), Robert Injey (Alpes-Maritimes), Bozzani Isabelle (Maine-et-Loire), Yves Jamain (Vienne), Marie Jay (Val-de-Marne), Anne Jollet (Paris), Anne Joulain (Vienne), Haby Ka (Seine-Saint-Denis), Elsa Kaczmarek (Val-de-Marne), Jean-Claude Kennedy (Val-de-Marne), Lamya Kirouani (Val-de-Marne), Sacha Kleinberg (Val-de-Marne), Denis Krys (Essonne), Bernard Lamizet (Bouches-du-Rhône), Nora Lamraoui Boudon (Val-de-Marne), Jean-Pierre Landais (Loire-Atlantique), Christian Langeois (Calvados), Christine Laurent (Maine-et-Loire), Nadine Lauthelier Seine-Saint-Denis), Marcel Le Bronze (Loire-Atlantique), Alain Le Cornec (Maine-et-Loire), Danielle Lebail (Rhône), Patrice Leclerc (Hauts-de-Seine), Guy Lecroq (Seine-Saint-Denis), Sylvie Lefèvre (Haute-Garonne), Jean-Claude Lefort (Val-de-Marne), Michel Leprêtre (Val-de-Marne), Gilles Leproust (Sarthe), Pierre Leri (Hauts-de-Seine), Monique Leri (Hauts-de-Seine), Jean-Marc Lespade (Landes), Estelle Leysenne (Val-de-Marne), Isabelle Lorand (Val-de-Marne), Martine Marchand-Prochasson (Paris), Jacques Marechal (Moselle), Sonia Masson (Paris), Élisabeth Maugars (Indre-et-Loire), Sylvie Mayer (Loir-et-Cher), Olivier Mayer (Morbihan), Celine Mazeau (Val-De-Marne), Guy Meda (Haute-Garonne), Christine Mendelsohn (Bouches-du-Rhône), Sophie Méréau (Hauts-de-Seine), François Meyroune (Yonne), Anna Meyroune (Yonne), Colette Mo (Alpes-Maritimes), Jean-Pierre Moineau (Val-De-Marne), Mehdi Mokrani (Val-de-Marne), Sylvie Monnin (Seine-Saint-Denis), Aurélie Montrouzeau (Maine-et-Loire), Claire Moreau (Val-de-Marne), Nadia Mouaddine (Hauts-de-Seine), Frank Mouly (Seine-et-Marne), Roland Muzeau (Hauts-de-Seine), Camille Naget (Paris), Thierry Notredame (Hauts-de-Seine), Michel Nouaille (Essonne), Fabienne Oudart (Val-de-Marne), Philippe Pellegrini (Alpes-Maritimes), Raphaël Perez (Seine-Saint-Denis), Michèle Perrot (Yonne), Stéphane Peu (Seine-Saint-Denis), Gérard Piel (Alpes-Maritimes), Hugo Pompougnac (Hauts-de-Seine), Catherine Potvin (Hauts-de-Seine), Gilles Poux (Seine-Saint-Denis), Bernardette Prédair (Paris), Jean-Pierre Prochasson (Paris), David Proult (Seine-Saint-Denis), Jean-Pierre Quilgars (Hauts-de-Seine), Marjolaine Rauze (Essonne), Alain Raynal (Tarn et Garonne), Jérôme Relinger (Paris), Bruno Rosier (Sarthe), Renaud Roux (Val-de-Marne), Gilbert Roux (Val-de-Marne), Jean-Michel Ruiz (Val-d’Oise), Katia Ruiz-Berrocal (Gironde), Saïda Safir (Sarthe), Yvette Saintier (Paris), François Salamone (Essone), Franck Samoyau (Deux-Sèvres), Véronique Sandoval (Paris), Bahri Sebkhi (Val-de-Marne), Mehdi Seddouki (Vendée), Bradley Smith (Hauts-de-Seine), Pascale Soulard (Val-de-Marne), Viktoria Strodel (Val-de-Marne), Franck Sureau (Seine-et-Marne), Najat Tahani (Sarthe), Ludovic Taris (Gironde), Anne Ternisien (Seine-Saint-Denis), Pierre Thomas (Val-de-Marne), Patricia Tordjman (Val-de-Marne), Catherine Touret (Val-de-Marne), Maryse Tripier (Hauts-de-Seine), Michel Turoman (Paris), Christiane Valade (Deux-Sèvres), Mariane Valensi (Hauts-de-Seine), Marie-Pierre Vieu-Martin (Haute-Pyrénées), Sylvie Vilter (Hauts-de-Seine), Jean Vuillermoz (Paris), Bozena Wojciechowski (Val-de-Marne), Henriette Zoughebi (Seine-Saint-Denis )

SOURCE :

Commenter cet article