Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Volodymyr Zelensky veut rencontrer Vladimir Poutine pour «mettre fin à la guerre»

Volodymyr Zelensky a appelé à rencontrer Vladimir Poutine pour « mettre fin à la guerre ». Le président ukrainien a réitéré sa position selon laquelle toute discussion deviendra impossible si ses militaires retranchés à Marioupol étaient tués.

«Je pense que celui qui a commencé cette guerre pourra y mettre fin», a lancé le 23 avril le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse à l'intérieur d'une station de métro du centre-ville de Kiev, soutenant qu'«il n'avait pas peur de rencontrer» Vladimir Poutine si cela permettait de parvenir à un accord de paix entre la Russie et l'Ukraine.

«J'ai insisté dès le début sur les négociations avec le président russe», a-t-il assuré. Et d'ajouter : « Ce n'est pas que je veux [le rencontrer], c'est que je dois le rencontrer de façon à régler ce conflit par la voie diplomatique. » « Nous avons confiance en nos partenaires, mais il n'y a aucune confiance avec la Russie », a-t-il déclaré.

Le président ukrainien a par ailleurs déclaré, comme il l'avait déjà fait par le passé, que Kiev abandonnerait les négociations avec Moscou si les militaires ukrainiens retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol dans le sud-est de l'Ukraine étaient tués par l'armée russe. « Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-referendums sont organisés dans la région de Kherson [sud, du pays], alors l'Ukraine se retirera de tout processus de négociation », a-t-il affirmé. Il s'est aussi dit prêt à un échange de militaires ukrainiens qui sont retranchés à Marioupol.

Vladimir Poutine a pour sa part présenté le 22 avril les objectifs réévalués de l'offensive russe en Ukraine alors que les forces armées de son pays encerclent l'usine de Marioupol. Le chef d'Etat russe a ainsi évoqué auprès du président du Conseil européen, Charles Michel, les mesures que les forces russes prendraient afin de protéger la population civile : l’ouverture de couloirs humanitaires et «l’annonce de cessez-le-feu pour évacuer en toute sécurité les civils de la zone de guerre», selon le communiqué du Kremlin.


Marioupol sous contrôle russe

Le 21 avril, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président Vladimir Poutine que les forces de la Fédération de Russie, et de la République populaire de Donetsk (reconnue par Moscou) contrôlaient l'intégralité de Marioupol, à l'exception du site industriel d'Azovstal. Début avril, la Russie estimait que «de nombreux mercenaires étrangers » étaient présents dans la ville.

Après la « libération » de Marioupol par les forces russes, le président russe a suspendu le 23 avril l'assaut sur le site industriel d'Azovstal, pour des raisons humanitaires, a-t-il avancé auprès de Charles Michel. Celui-ci a demandé au président russe lors de leur entretien téléphonique de garantir des corridors humanitaires dans la ville à l'occasion de la Pâque orthodoxe.

Pour rappel, la Russie a lancé le 24 février une opération militaire en Ukraine, dénoncée par Kiev et les Occidentaux notamment comme une guerre d'invasion. Selon le président russe Vladimir Poutine, cette opération vise à « démilitariser » et « dénazifier » l'Ukraine et à porter secours aux Républiques autoproclamées du Donbass (reconnues par Moscou), dont les populations seraient menacées de « génocide ». 


[Vu sur l’application RT News]

Commenter cet article

R
Aucune confiance dans les propositions de ce pitre. Rappelons-nous les évènements de fin Mars . Suite à un accord avec l' Ukraine, la Russie évacue la banlieue de Kiev (une précision : il est peu vraisemblable que la Russie ait voulu prendre Kiev. Un détail :les Russes ont quitté la banlieue de Kiev de leur plein gré, après accord. L' affirmation selon laquelle ils ont été chassés par les Ukrainiens n' est qu' un médiamensonge de plus { "détail", dis-je, car s' il n' y avait que cela à reprocher au régime collaborateur de Zel..., ce serait bénin}). Ce qui est moins bénin, c' est bien sûr le massacre réel qui a suivi, perpétré par les Ukrainiens et qui doit nous faire craindre bien pire aujourd'hui pour justifier une rupture des négociations proposées par Zel...
Répondre