Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Dans le monde, l’été sera chaud : la température sociale en hausse. L’été 2022 bat des records par une hausse de la température sociale aux quatre coins du globe.

En cause : une inflation galopante, l’augmentation du prix des produits alimentaires, de celui de l’essence, des salaires qui ne suivent pas, une crise économique sociale et sanitaire qui ne cesse de s’amplifier. La guerre en Ukraine dans le “grenier à blé” de l’Europe, des sanctions économiques des pays de l’OTAN et des effets du réchauffement climatique sur les cultures et les infrastructures sont mondiales. … tour du monde des mouvements sociaux en premier lieu dans les pays les plus durement frappés.
La Banque Alimentaire Mondiale estime ainsi que depuis 2019, se sont 150 millions de personnes qui ont basculées dans la faim, portant le nombre total à 828 millions. Elle avertit aussi que 20 pays et régions déjà en situation d’insécurité alimentaire critique pourrait voir leur situation s’aggraver d’ici septembre.
Au Liban, Irak, Zimbabwe, manifestations où le taux record d’inflation est à 130%. Au Ghana comme au Népal manifestation contre le prix du carburant, 18 jours d’émeutes en Équateur, grève massive au Pérou, dans le secteur du transport.
Revendications salariales, défense des services publics sont portées par de nombreuses manifestations et de grèves du secteur public, au Liban ou en Afrique du Sud. Joe Biden aux USA est intervenu pour empêcher une grève du secteur ferroviaire. 2 millions de mineurs indiens menacent le pouvoir de faire grève. Blocage des autoroutes au Panama, blocage des routes par les agriculteurs hollandais avec leurs tracteurs, en passant par la grève dans les stations-services pakistanaises. Au Mozambique ou en Iran, des manifestants ont lieu, les dernières ont été matées dans le sang. Sri Lanka, Royaume-Uni, Irak, Kenya, Tunisie tendance au durcissement. Argentine, Italie, France, Allemagne…

En France aussi, l’été sera chaud

Suresnes, chez Louvre Hôtels, trois établissements en grève depuis 55 jours pour exiger une hausse des salaires. Ce sont des femmes de chambre, lingères ou employés polyvalents, soit 82 salariés grévistes sur 163, qui sont mobilisés, selon la CGT. Le syndicat revendique une augmentation des salaires de 300 euros. « Maltraitance salariale », « Non-respect des conditions de travail », peut-on lire sur leur banderole. Aucune négociation n’est en cours. « On sent qu’on est considérés comme des moins que rien », dénonce Ali Djoumoi, élu CGT-HPE au comité social et économique (CSE), à Suresnes. Laura Benoumechiara, directrice des ressources humaines de Louvre Hôtels, évoque « une grève minoritaire dans le groupe », qui compte près de deux cents établissements. Leur revendication phare : une hausse de salaire de 300 euros nets, portée par la CGT au niveau national, ainsi qu’une prime d’ancienneté et une meilleure prise en charge des arrêts maladie.

Orne Fibre optique « La France en très haut débit en 2024 » : la CGT répond au ministre en charge du numérique. Lors de sa venue au West Web Festival de Carhaix (Finistère), les 14 et 15 juillet, Jean-Noël Barrot, a annoncé que l’objectif était « que toute la France puisse être couverte en très haut débit à l’horizon 2024. Nous allons tout mettre en œuvre pour que cela soit bien le cas ». Des propos qui font réagir la CGT FAPT 61. « Comment ne pas sauter sur sa chaise quand, dans le même temps, nous savons que plus de 1 500 dossiers d’installations de la fibre dans l’Orne sont en attente depuis de longs mois ? » Il rappelle son souhait de « réappropriation publique du secteur des télécoms pour un opérateur unique à savoir Orange. Parce que nous avons constaté les dégâts de la sous-traitance, non pas à cause des salariés qui y travaillent, mais à cause des dirigeants d’Orange et des patrons de la sous-traitance qui recherchent le profit immédiat. » Pour la CGT, le « risque à terme de tout donner à la sous-traitance est la perte du savoir-faire des équipes Orange maison mère sur le cœur de leur métier ! » Il réclame aussi des embauches immédiates, « en priorité des salariés des sous-traitants pour déployer proprement et efficacement le nouveau réseau. « Cela permettrait d’éviter le scandale des licenciements comme chez Scopelec, l’ancien partenaire d’Orange. »

À Saint-Herblain (Loire Atlantique) : Manquement professionnel ou discrimination syndicale ?
Nathalie et Emmanuel, employés du magasin But dénoncent une discrimination de la part de la direction depuis qu’ils sont représentants syndicaux. Fin juin 2022, plusieurs représentants de la CGT se sont rassemblés autour d’Emmanuel et Nathalie, deux salariés du magasin But de la zone Atlantis. Ils alertent quant aux agissements du directeur du magasin But qui, selon eux, s’acharnerait contre les deux employés depuis qu’ils sont délégués et représentants syndicaux CGT. « La direction a changé il y a deux ans et a entrepris un grand remaniement du personnel. Je suis chef de dépôt et depuis que je suis syndiqué, j’enchaîne les avertissements et les mises à pied que j’ai à chaque fois contestés. Cela fait 24 ans que je travaille pour But et je n’ai jamais eu de soucis avant l’arrivée du nouveau directeur », explique Emmanuel. Dans les bureaux de la direction, Sophie temporise : « Emmanuel est un sanguin, le directeur a toujours été dans le dialogue. Il y a eu une commission CHSCT, une réunion, une écoute, des choses ont été mises en place et tout a été fait pour prendre en considération les difficultés des uns et des autres. » Le directeur du magasin exprime son incompréhension : « J’ai la réputation d’être juste, Emmanuel a effectivement reçu plusieurs mises à pied et avertissements, mais ceux-ci étaient justifiés et envoyés après des manquements professionnels répétés. Une lettre ouverte a été adressée par les salariés à la CGT d’ailleurs, dans laquelle ils exprimaient leur incompréhension face aux accusations dont je suis la cible ». Discrimination syndicale ou application des sanctions prévues par la loi ? Ce qui est certain, c’est que cette stratégie patronale est extrêmement répandue. La CGT, en repoussant les limites de l’exploitation gêne les directions qui n’hésitent pas à créer ou inventer des situations de faute professionnelle en isolant le salarié syndiqué. Le management patronal ne connaît aucune limite.

SOURCE:       

Commenter cet article