Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

 

Notre histoire, celle de la France des derniers 100 ans, laisse en mémoire un paysage gris, voire foncièrement noir, traversé de fulgurances ensoleillées, qui, paraphrasant le poète, "n'ont vécu ce que vivent les roses ".

Qui n'a pas en tête, dans le monde salarié, le Front populaire, les premiers congés payés, le vélo pour joindre, pour une première fois la mer, l'accordéon dans la cour de l'usine, la feuille de paye moins rabougrie, sa première carte syndicale...

Autant d'images, de "cartes postales" de cette époque bien ancrées dans la mémoire collective.

Mais qui sait que deux petites années plus tard, ces conquêtes étaient, pour beaucoup d'entre elles, rayées de la carte. Finies les 40 heures, le droit de grève conçu comme un délit, le patron à nouveau roi dans son usine, le premier camp de concentration français ouvert pour les réfugiés fuyant l'Europe fasciste et l'Allemagne nazie.

Et tout ça mis en œuvre par un gouvernement et des ministres qui paradaient, hier encore dans les tribunes, aux côtés des communistes, en criant "Front populaire !"

Celui-ci n'avait duré qu'une petite année.

Et, trois ans plus tard, c'est la guerre, l'Occupation, un maréchal traître siégeant à Vichy, la Kollaboration franco-allemande...

Mais de nos jours, qui a en tête ce retournement de l'histoire ? 

Comment et pourquoi cet échec ait pu avoir lieu, un thème rarement abordé.

Nous avons eu droit l’évocation onirique de juin 1936 en de multiples expositions, en conférences et films.

Mais de sa triste et rapide fin, rien : aucune étude n'a été entreprise par les chercheurs, les politiques, même ceux qui, aujourd'hui, se réclament du front populaire.

Aussi le même drame s'est renouvelé à la Libération. 

D'abord, la victoire du camp de la Résistance et les conquêtes sociales du CNR. Mais l'euphorie n'a duré que deux ans. La bourgeoisie s'est de nouveau hissée seule au pouvoir pour imposer, collabos blanchis à l'appui, la répression du mouvement ouvrier, le retour à l'ordre ancien.

Certes, de nos jours, nous avons encore droit à une partie du butin gagné en 1936 et en 1945/1946 : les congés payés, la Sécurité sociale, les mesures concernant la Fonction publique...

Mais au train où vont les choses, jusqu'à quand ? 

Et de Mai 68 et son Grenelle social, qu'en reste-il ?

Il serait bon de se pencher sur ces questions.

JEAN LÉVY

 

Commenter cet article

Z
C'est bien de s'interroger sur les erreurs commises dans le passé au nom de l'union de la 'gauche', c'est mieux de lutter contre les équipes qui ont dirigé le pays et l'Europe, socialistes en tête. Seule une position de rupture complète de l'Union de la gauche conserve un peu de sens et est susceptible d'éviter le retour des traitres de gauche qui mèneront une politique pro UE, pro OTAN et pro impérialiste germano-américain.<br /> La clarté c'est aussi de désigner l'ennemi, les dirigeants de l'union de la gauche actuelle sont des complices des agressions impérialistes, en Syrie, en Libye, en Afrique et en Ukraine, il sont le camp ennemi qu'il faut combattre.
Répondre