Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

Traité européen : le peuple a déjà voté Non le 29 mai 2005

Résistons à la forfaiture de Sarkozy

 

Le retour avec fracas de l’essentiel du Projet de Constitution européenne, rejeté par la majorité des électeurs en 2005, est en cohérence avec les réformes entreprises par le pouvoir. L’intégration européenne est à nouveau accélérée pour constituer un Empire à l’heure de la mondialisation financière du capitalisme.

C’est dans ce but que l’Union européenne poursuit ses attaques contre les conquêtes les plus anticapitalistes du monde du travail (modèle social français basé sur la notion de salaire socialisé et sur les nationalisations comme forme de service public).

 

Le patronat n’a eu de cesse depuis des années, avec l’appui de tous les gouvernements qui se sont succédé, de remettre en cause un mode de redistribution des richesses tel qu’il avait été imposé à la Libération par le programme du Conseil national de la résistance.

 

A Lisbonne en 2000 et à Barcelone en 2002, les dirigeants d’alors (J.Chirac, L. Jospin) s’étaient engagés avec leurs homologues européens à réduire les dépenses sociales, à allonger l’âge de la retraite, à ouvrir à la concurrence le secteur de l’énergie, et à poursuivre la privatisation des services publics.

Et pour aller plus loin, tout est fait pour instaurer la primauté du droit européen sur le droit des peuples à décider et à disposer d’eux-mêmes dans le cadre des nations historiquement constituées. Ainsi dans le Traité, prétendument simplifié, subsiste le renforcement de compétences exclusives en matière de politique de l’emploi et de politique étrangère, et des pouvoirs de sanctions à l’égard des Etats récalcitrants.

Le fait de faire disparaître de ce Traité le principe de Constitution (référence à la notion d’Etat européen) ainsi que les symboles religieux, l’hymne et le drapeau, ne le rend pas sur l’essentiel différent du Projet rejeté en 2005.

 

Le choix politique est clair :

 

– c’est tout pour le Capital, avec des mesures pour en finir avec le système actuel de retraites et de protection sociale, afin de récupérer cette partie du salaire socialisé qui échappe au Patronat.

– c’est la confirmation de la mise sur le marché concurrentiel de la quasi-totalité des services publics, qui relève de la même logique de démantèlement de notre modèle social. Cela s’étend même à l’enseignement supérieur : la loi Pécresse, contre laquelle luttent aujourd’hui les étudiants, est une étape de plus, après la réforme LMD de Lang et Ferry, dans la transformation d’institutions publiques destinées à donner accès au savoir au plus grand nombre possible en entreprises concurrentielles au service du patronat, cela au nom de l’harmonisation européenne (processus de Bologne, signé en 1999 par Jospin et Allègre)

 

– c’est la soumission de la politique étrangère de tous les pays membres de l’UE au super gendarme mondial du capitalisme, les USA. Le vote de la France à l’ONU dépendra des décisions prises à Bruxelles. Si cela avait été le cas en 2003, la France aurait participé à l’invasion de l’Irak et collaborerait aujourd’hui à son occupation.

 

Cela nous conduit à affirmer deux choses :

 

– la légitimité de Nicolas Sarkozy, élu contre Ségolène Royal et François Bayrou, tout aussi favorables que lui au traité rejeté par les Français, dans le cadre d’un système institutionnel antidémocratique, est sur ce sujet particulièrement contestable.

 

– dans l’absolu, le mandat donné par le Peuple n’autorise pas ses représentants à entériner un Traité rejeté dans sa substance

 

Dans tous les cas, il s’agit d’une FORFAITURE. Le PS s’y est associé en annonçant que ses députés et sénateurs ne s’opposeront pas à la ratification du traité, alors qu’il s’était engagé à ne pas soutenir de nouvelle version du traité sans référendum : en votant non, il priverait Sarkozy de la majorité qualifiée des 3/5 au parlement, et l’obligerait à recourir au référendum, ce qui aurait permis au peuple de confirmer son rejet.

 

L’histoire nous l’a prouvé, à un moment ou à un autre, le Peuple rétablira la vérité, ses droits et sa souveraineté !

 

L’heure est à la résistance du monde du travail tant sur le plan social, que politique. L’heure est au rassemblement sur des bases claires, élaborées démocratiquement par ceux qui produisent les richesses, les travailleurs. C’est une priorité pour ceux et celles qui veulent changer l’ordre des choses.

 

Les actions de grève ont toute leur légitimité pour participer à cela en affirmant qu’il n’y a pas de problème de financement des retraites. -la référence à l’équité en matière de droits sociaux ne signifie pas que la volonté populaire revendiquait une régression généralisée, structurée pour répondre aux intérêts du Capital. L’augmentation du PIB (somme des richesses créées par an) permettrait non seulement le maintien des prestations actuelles mais surtout le retour sur les mesures néfastes de Balladur en 1993 et de Fillon en 2003. C’est même une amélioration pour tous qu’il est possible et nécessaire de revendiquer.

 

C’est une question de choix politique et donc une nouvelle fois d’affirmation de la souveraineté populaire, comme le 29 Mai 2005.

 
Décembre 2007
 

FORFAITURE : Violation par un fonctionnaire public, un magistrat des devoirs essentiels de sa charge (Dictionnaire de l’Académie française).

 

Source : « Rouges vifs IDF»

 
 

Commenter cet article