Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Broché 416 pages

Présentation de l'éditeur

La Collaboration, avons-nous tous appris, est la conséquence de la terrible défaite de 1940. Mais si la défaite avait été elle-même le résultat d'une « collaboration » déjà fort bien anticipée entre une fraction de l'appareil d'État et des milieux d'influences français, et un déjà quasi-occupant nazi ? La question est taboue. De plus, comment imaginer que, tel le joueur de flûte d'Hamelin, les ennemis acharnés de la démocratie fusionnés avec les stipendiés de Berlin et de Rome aient pu si efficacement, et dans les normes du secret, faire d'une part suffisante du haut personnel de la Troisième République les complices de sa destruction. Comment ? Il fallait d'abord rouvrir le dossier, bien scellé par ce qui nous restait d'illusions, et  revenir aux archives. Le constat est accablant. Annie Lacroix-Riz a réuni les mille pièces à charge d'une incontestable entreprise de subversion de l'État républicain.
Il fallait ensuite reconstituer ces cheminements de corruption et de connivence qui ont fini par placer le centre de gravité de la trahison au cœur même de l'État. S'il est un mythe intenable, c'est celui d'un complot aux franges, de l'autre côté d'une ligne Maginot de sécurité républicaine  qui aurait tenu jusqu'à l'invasion : en réalité, toute une chaîne de complicités, de l'extrême-droite aux rassurants radicaux, en passant par l'État-major, a voulu la mort du régime. À n'importe quel prix.Mais pourquoi, dira-t-on ? Difficile de le comprendre sans un retour sur les enjeux de l'époque.Comme nous ne voyons plus bien les raisons du crime, nous sommes tentés de penser qu'il n'a pas eu lieu. Mais les raisons étaient bien là, et l'auteure nous les rappelle avec une froide rigueur. Certaines n'ont peut-être pas complètement disparu: ce vieux malaise d'une part de nos élites avec le double fait national et démocratique...

Sommaire:

- La France de Munich (octobre 1938-14 mars 1939). Le Reich maître de la politique extérieure française. La « fascisation de la démocratie ». Modèle socio-économique allemand et réorganisations intérieures 1933-1936.

- Un sursaut ? (15 mars-31 août 1939). Les ennemis de La République du printemps à l'été 1939. Un « tournant » de politique extérieure, mars-août 1939 ?

- De la guerre au vote des pleins pouvoirs à Pétain (1er septembre 1939-10 juillet 1940). La guerre intérieure : « les communistes mis à la raison ». Entre « guerre » contre l'URSS et paix sur le « front du Nord-Est ». Vichy avant Vichy, septembre 1939-juin 1940.

-------------------------------------------------------------------------------------------

Annie LACROIX-RIZ est ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (Sèvres), agrégée d'histoire, docteur-ès-Lettres, professeur d'Histoire contemporaine à l'université Paris VII-Denis Diderot

Annie Lacroix-Riz a notamment publié chez Armand Colin : Le Vatican, l'Europe et le Reich,Industriels et banquiers sous l'Occupation et Le Choix de la défaite.

Autres publications (Le Temps des Cerises) : L'Histoire contemporaine sous influence (2004),

L'intégration européenne de la France - La tutelle de l'Allemagne et des Etats-Unis (2007).

Elle a aussi préfacé (Edition EPO) : Hitler, l'irrésistible ascension ? Essais sur le fascisme de Kurt Gossweiler (2006).

 

Commenter cet article

Tietie007 01/07/2010 05:22



Enfin bon, ALR fait parti du PRCF, donc elle est plus militant qu'historienne !



b 04/10/2008 21:21

Ajout au commentaire précédent :à partir de  16h30

BLEYER 04/10/2008 21:17

Vendredi 24 Octobre 2008 rencontre/débat avec Annie LACROIX-RIZ auteure du livre "de Munich à Vichy, l'assassinat de la Troisième République, 1938-1940" à la librairie La Balustrade 25, rue d'Alsace Paris 10e M° gare de l'Est  RER B gare du Nordtél: 0142056638 www.labalustrade.com