Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Georges SARRE réagit à l'entretien de Philippe Val, auteur de "Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous", dans l'Express du 23 octobre 2008.

***********
Philippe Val chansonnier m'a fait rire ; pas toujours subtil, pas toujours léger, pas toujours si impertinent qu'il en avait l'air, il avait toutefois l'humour caustique, le verbe libre, et parfois même des paroles émouvantes.

Philippe Val rédacteur en chef m'a fait réfléchir : j'ai notamment interrogé le principe de laïcité, que je garde chevillé au cerveau, pour me demander si la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo était pertinente ou non. A l'époque, j'ai soutenu que Val n'avait pas nécessairement eu raison mais qu'on n'avait pas le droit de lui reprocher d'avoir eu tort ; car si la laïcité est une éthique de responsabilité (et qu'à ce titre cette publication n'était peut-être pas des plus pertinentes), elle pose quoi qu'il en soit, comme consubstantiel à la séparation de l'espace public et de la sphère privée, le droit au blasphème.

Mais Philippe Val, « militant à l'ouest », m'inquiète. Son dernier entretien, dans l'Express, avec Christophe Barbier, résume bien le court-circuit intellectuel qui a frappé ce gauchiste sympathique pour en faire un avocat du néo-conservatisme. Tout est dit lorsque Val vilipende cette gauche « antieuropéenne, antidémocrate et surtout antiaméricaine qui prône les mauvais choix ». Cette gauche là, on le lit plus loin, c'est « Chevènement et Mélenchon ». Cette gauche là est « de droite ». Pourquoi ? Parce qu'elle est « républicaine avant d'être démocrate ».
Val est à ce point « à l'ouest », qu'il analyse les mots et les clivages à l'aune du paysage politique des Etats-Unis d'Amérique : les républicains à droite, les démocrates à gauche ! Il est à ce point « à l'ouest » qu'il ne voit aucun problème au « partage démocratique » entre « Occidentaux » : aucune spécificité - aucun acquis social, aucun service public, aucune vertu environnementale, aucune éducation à l'émancipation individuelle - rien, en France, ne mérite donc, selon Philippe Val, d'être défendu, et ceux qui défendent une vision française de la République sociale sont des disciples de « Maurras », pas de Jaurès : Val perd la tête.

Il perd la tête parce qu'il mélange la Nation citoyenne, ouverte, internationaliste, et la Nation ethnique et romantique. Il perd la tête car il oublie que la gauche se définit à l'aune de l'émancipation individuelle, de la justice sociale, de la fraternité républicaine, et non de « l'approbation de la mutation » pour la mutation, du « bougisme » en somme.

Il perd la tête parce qu'il est tout à son nouveau schéma : l'Occident contre les islamistes, qu'il amalgame volontiers avec les Musulmans, et avec les Arabes (on n'est pas à un raccourci près dans le cerveau en court-circuit du citoyen Val). Le choc des civilisations... Dans ce schéma, pas de place pour le débat sur le contrat social, la République, la démocratie. On est pour l'Occident, donc pour Washington, donc pour Bruxelles, ou bien on est contre. A peine concède-t-il qu'on puisse être contre parce que pro-islamiste, ou contre parce que conservateur d'un autre temps, de droite donc.
Val n'est plus à gauche, il est à l'ouest... C'est ainsi, mais c'est dangereux. Dangereux pour la gauche, qui n'est pas près, si elle suit Val, de se distinguer du sarkozysme autrement que sur la forme. Dangereux pour le monde, car le choc des civilisations pourrait finir par être une prophétie auto-réalisatrice.

Georges Sarre

ancien ministre

source : « georges-sarre.net »

Commenter cet article