Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Le 9 février 2009


Chèr(e) camarade,


Le Parti ouvrier indépendant a pris connaissance du communiqué commun signé par dix partis et organisations de gauche, et pour lequel la signature de notre parti a été sollicitée.

Nous ne pouvons que partager le constat « d'un rejet massif des choix politiques du gouvernement Sarkozy-Fillon ». Comme vous, nous considérons que ce 29 janvier a exprimé « une colère légitime face aux vagues actuelles de licenciements et de suppressions d'emplois  ». Oui, le 29 janvier, les travailleurs ont exigé des «  mesures en faveur de l'emploi et des salaires, à l'opposé des choix du gouvernement qui distribue sans contrepartie des milliards aux banques et aux grands groupes ». Avec vous, nous affirmons : «  Ce n'est pas au monde du travail et à la population de payer la crise.  »

Comme vous, nous exigeons également que soient retirées la loi Pécresse dans l'enseignement supérieur, la loi Bachelot concernant la santé et que soient satisfaites les revendications des travailleurs de la Guadeloupe. Le report des décrets Darcos, suite à la mobilisation des lycéens, des professeurs et de leurs organisations, constitue un encouragement très grand.

Quant à exiger un « bouclier social » pour les travailleurs, quelle organisation ouvrière pourrait s'y opposer ?

C'est sur ce point qu'une précision apparaît indispensable.

Vous le savez, les vagues de licenciements succèdent aux vagues de licenciements. Chaque minute qui passe, il y a un chômeur de plus dans ce pays. Nous posons la question à tous les responsables des organisations ouvrières : quelle réponse apportons-nous à chaque ouvrier licencié ? Devons-nous lui dire qu'il faut rechercher un accompagnement à sa sortie de l'usine ? Ou bien qu'il a le droit d'y rester et de vivre de son travail ?

Pouvons-nous lui dire que l'ensemble des partis et organisations du mouvement ouvrier prennent la responsabilité de mobiliser toute la population pour imposer qu'il n'y ait pas de licenciements ?

La première forme concrète de ce « bouclier social » ne devrait-elle pas être de se prononcer ensemble pour l'interdiction des licenciements, pour le maintien de tous les emplois menacés dans le service public, pour l'arrêt de tous les plans gouvernementaux de destruction ?

Le communiqué commun en appelle à « un très grand débat public nécessaire dans le pays sur les mesures alternatives aux choix politiques actuels », et dans ce cadre formule certaines propositions. Dans un tel débat, le Parti ouvrier indépendant, comme votre parti, comme tous les partis, fera connaître ses propositions. Pour notre part, nous estimons que sortir de la situation actuelle exige de remettre en cause le carcan de Maastricht et Amsterdam, de rompre avec les institutions de l'Union européenne, de confisquer les 428 milliards indûment donnés par le gouvernement Sarkozy aux capitalistes et aux spéculateurs, pour les mettre au service de la population.

On peut bien sur avoir d'autres points de vue, d'autres propositions. Mais cela peut-il constituer un préalable à l'action commune immédiate pour l'interdiction des licenciements ? Nous ne le pensons pas. Nous pensons, au contraire, que si votre parti, notre parti, tous les partis signataires se mettaient d'accord, sans aucun préalable, pour agir ensemble pour l'interdiction des licenciements et le maintien de tous les emplois, alors, sans aucun doute, par centaines de milliers, les travailleurs répondraient à leur appel. Sans aucun doute, cette unité réalisée sur un point crucial pour la population laborieuse contribuerait puissamment à l'unité pour bloquer la politique de destruction de l'emploi du patronat et du gouvernement. Sans aucun doute, en prenant cette initiative, les organisations politiques qui se réclament du mouvement ouvrier contribueraient à ouvrir une issue pratique pour toute la population laborieuse.

Pour notre part, nous pensons que si nous appelions ensemble à l'organisation d'une marche unie sur Paris pour l'interdiction des licenciements, cela permettrait à des millions de répondre. Et c'est pourquoi nous proposons la constitution d'un comité national, dans le respect de la diversité et des positions de chaque parti, pour l'organisation d'une marche unie sur Paris pour l'interdiction des licenciements.

Encore une fois, nous pensons que l'urgence est la prise de position commune pour l'interdiction des licenciements. Voila pourquoi, camarades, nous nous adressons à vous : Parti communiste, Parti socialiste, NPA, Lutte Ouvrière, Parti de Gauche et à l'ensemble des signataires du document que vous nous avez fait parvenir, afin de connaître votre position et vos propositions.

Pouvons-nous agir ensemble pour bloquer le chômage destructeur et la destruction des emplois par lesquels on voudrait faire payer aux travailleurs la crise ? Ce sont les travailleurs qu'il faut sauver, pas les spéculateurs. Nous pouvons sans aucun doute, sur ce point, unir notre action et apporter une aide indispensable à l'ensemble des travailleurs et de la jeunesse.

Voila pourquoi, chers camarades, nous souhaitons, que dans les plus brefs délais, une délégation de notre parti puisse vous rencontrer pour discuter de cette proposition, qui, d'ores et déjà, a été approuvée par les 4 000 participants du rassemblement tenu le 8 février à Montreuil.

Reçois, cher(e) camarade, nos fraternelles salutations.

Pour le secrétariat permanent du Parti ouvrier indépendant

Daniel GLUCKSTEIN

Cet article a été publié le 18 février 2009

source : « parti ouvrier indépendant »


Commenter cet article

Duroc 27/02/2009 07:54

Suite à l'appel de la conférence nationale pour l’unité du 7 décembre 2008, le POI (Parti Ouvrier Indépendant) a lancé une campagne début janvier 2009 : POUR SAUVER LES TRAVAILLEURS, PAS LES SPÉCULATEURS, TOUT DE SUITE : INTERDICTION DES LICENCIEMENTS ! voir http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article124
Suite aux manifestations du 29 janvier, le POI a posé la question : Après le 29 janvier ...
http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article189
Après le succès du meeting régional le 8 février il lance : Les propositions du POI après le rassemblement du 8 fevrier à Montreuil
http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article193
Lettre au Parti communiste francais, Parti socialiste, Parti de Gauche, Nouveau parti anticapitaliste, Lutte ouvrière
http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article194
90 000 chômeurs de plus en janvier ! Il y a urgence à organiser la marche unie pour interdire les licenciements
http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article210
La question de l'unité se pose sur une base claire et adaptée à l'urgence de la situation. Faire croire que l'issue politique du mouvement de grève du 29 janvier c'est le Front de gauche aux européennes, où d'attendre les élections de 2012, c'est se moquer des travailleurs. Oui, il y a urgence ! Oui il faut l'unité ! c'est le sens de la campagne engagée par le POI pour l'interdiction des licenciements. Comme le rappel le communiqué du 25 février 2009 "Le POI en présence de 4 000 travailleurs et jeunes rassemblés à Montreuil le 8 février dernier a adressé une lettre aux responsables de tous les partis de gauche pour que soit organisée une marche unie afin que soient interdits tout licenciement, toute suppression d’emploi.Dans plusieurs régions, des élus, des responsables et militants de toutes tendances ont commencé à répondre favorablement à cette proposition. Ainsi, en Moselle, les élus et militants du PS, du PCF, du POI qui refusent la suppression de 2 075 emplois à Arcelor-Mittal Gandrange, et qui constituent ensemble en Moselle un comité pour l’organisation de la marche unie pour interdire les licenciements et suppressions d’emplois. Ainsi, dans les Yvelines, des élus PS, PCF, POI et syndicalistes de Renault-Flins et PSA Poissy s’unissent contre la suppression prévue de 20 000 emplois dans l’automobile et appellent à organiser la marche unie. Ainsi dans l’Hérault, la cellule du PCF et le comité du POI de Saint-Pons, ainsi à Amiens, militants du PCF, du POI, du Parti de gauche, syndicalistes font de même." http://www.parti-ouvrier-independant.com/s....php?article210Cette campagne que je soutien (bien que n'étant pas trotskiste) met au premier plan l'unité sur des bases claires, permet au-delà des discours et des divergences entres partis et organisations de proposer un axe politique immédiat aux travailleurs et pour finir met les dirigeants et les militants de ces partis et organisations devant leurs responsabilités. N'attendons pas 2012 ! Front unique pour l'interdiction des licenciements !

Leblond 26/02/2009 18:38

J'ai milité 20 ans à l'OCI, avec mon vieux Camarade Broue, aujourd'hui dcd, et j'ai compris que cette organisation a été phagocytée par la franc-maçonnerie via Lambert-Sandri-Hébert et le sinistre Dan Moutot. D'où cette farce avec Shivardi, les vignobles et la constituante! Camarades trotskystes du PT réveillez vous, les pablistes mènent la danse, et les francs macs vous entubent

eva R-sistons 25/02/2009 00:00

Coucou ! Je diffuse ton appel pour le 19... cordialement eva