Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par eldiablo

NE PRIVONS PAS LE "NON DE GAUCHE" DE SA TRADUCTION POLITIQUE !
 
Il m’est impossible d’être parmi les militants du 29 mai qui se réunissent le 10 septembre. Mais je crois que la gravité de l'heure ne permet pas de me soustraire au devoir d'intervention dans le débat. Alors, par écrit, je lance un cri. Un cri d’angoisse. Qui est aussi un cri d’espoir.
Je redoute en effet que nous soyons en train de donner raison aux observateurs qui en France comme à l'étranger écrivent - je cite un journal bruxellois - "à la gauche du PS, le sectarisme empêche de donner à la gauche du non une traduction politique". Le Monde du 29 août n'écrivait pas autre chose.
Allons-nous leur donner raison ? Allons-nous ajouter une nouvelle déception majeure après celles provoquées à trois reprises depuis 1981 ? Allons-nous suivre celles et ceux qui au Parti socialiste ont tout fait pour, comme ils disent, "fermer la parenthèse du non" ? Après tout ce que nous avons expliqué pendant des mois au peuple de France, allons-nous agir comme si dire « non » ou dire « oui » au libéralisme, c'est la même chose ?
Trois défis sont à relever : le contenu d’une alternative au libéralisme, les rapports avec le PS et le choix de candidatures unitaires aux présidentielles et aux législatives.
Pour ce qui est du contenu, j’estime qu’on peut considérer que des progrès importants ont été accomplis. On peut et on doit encore approfondir certains aspects – je pense à l’Europe et à la politique étrangère de la France – mais la base commune est là.
Quant aux rapports avec le PS, il me semble impératif de renoncer une fois pour toutes à l’illusion d’un changement possible de ce parti. On veut nous faire croire que le PS est encore à gauche. Et qu'il y aurait une gauche du oui  et une gauche du non.
Mais quelle différence y a-t-il entre le soutien public à l'enseignement privé par la droite ou par Jack Lang ?
Quelle différence entre l’appui aux salaires élevés par la droite ou par Strauss-Kahn ?
Quelle différence entre les privatisations par la droite ou par Jospin ?
Quelle différence entre la défense du TCE par la droite ou par le PS ?
Quelle différence entre le soutien aux dérégulations par la droite ou par Pascal Lamy ?
Quelle différence entre l'ordre policier de Sarkozy et l'ordre militaire de Royal ?
Quelle différence y a-t-il entre l'atlantisme de la droite et celui du PS ?
Quelle différence y a-t-il entre le sionisme de la droite et celui du PS ?
Depuis le 29 mai, le PS nous a donné la synthèse du Mans et puis son programme de gouvernement. Jamais, il n'a été aussi loin dans l'accompagnement du capitalisme. Depuis le 29 mai, nous les avons tous entendus, les Aubry, Hollande, Jospin, Royal, Strauss-Kahn. Aucun n'a remis en question les choix de la gauche plurielle et le soutien au TCE. Que faut-il de plus pour admettre qu'ils ont irrémédiablement fait le choix du libéralisme et qu'il est vain de croire qu'on puisse rassembler le PS et la gauche sur un choix de transformation autrement qu’en changeant le rapport des forces ?
L'électorat PS - il l'a montré le 29 mai - est majoritairement à gauche. Mais ce parti, ses dirigeants, ses cadres et leurs relais médiatiques ont, dans leur majorité, déserté la gauche. Dès lors, pour moi, il ne devrait plus y avoir la moindre ambiguïté : sauf un changement du rapport des forces, toute forme, parlementaire ou gouvernementale, de répétition de la gauche plurielle doit être écartée.
Avons-nous vocation à demeurer les appendices d'un parti dont les choix sont diamétralement opposés aux nôtres ? Nous voulons une autre République, il ne la veut pas ; nous voulons une autre Europe, il ne la veut pas. Nous voulons une autre politique économique, une autre politique sociale, une autre politique fiscale; il n'en veut pas. Le 29 mai nous a montré qu'il est possible de contester avec succès l'hégémonie du Parti socialiste. Pourquoi renoncer, alors qu'il s'agit d'y mettre fin ?
Il faut choisir entre le confort des habitudes et l'audace du changement. Il y a ceux qui pensent, au sein de certains partis, que pour bénéficier des voix socialistes, il faut s'allier avec ce parti par des accords d'appareil au prix de l'abandon des convictions et des engagements. Ce choix des appareils tuera l’espérance du 29 mai comme il a réduit à ce qu’ils sont devenus les partis qui y ont cru.
Et il y a ceux qui font le pari qu'une alternative crédible portée par un authentique rassemblement antilibéral peut, comme avec le TCE, offrir aux électeurs socialistes ce qu'ils attendent et provoquer un nouveau paysage politique à gauche. C’est le choix de millions de femmes et d’hommes, membres ou non d’un parti.
Quant aux candidatures communes, il nous faut d’abord lier élection présidentielle et élections législatives. Car, sur l’élan de la dynamique unitaire aux présidentielles, ce dont nous avons besoin, c’est d’un groupe parlementaire fort qui, en gardant les mains libres et avec l’appui d’un puissant mouvement social, conditionnera ses choix aux avancées de l’alternative. Comme en 1936.
Pour ce qui est de la candidature présidentielle, si on veut mettre tous les atouts de notre côté, il faut choisir le candidat qui rassemble sans écarter aucun de ceux qui ont voté « non » au TCE. Sans écarter les électeurs socialistes, sans écarter les électeurs écologistes, sans écarter ceux qui ne sont pas encartés, sans écarter ceux qui ne venaient plus voter et qui sont venus le 29 mai. Un tel critère permet de choisir parmi les noms déjà connus et d’autres qui doivent maintenant se déclarer.
Rassembler, c’est dépasser les frontières des partis. C’est ce dépassement qui a fait le 29 mai. La campagne du « non de gauche » n’a pas été identifiée à un parti, mais à un projet politique. Les campagnes de 2007 et 2008 ne peuvent réussir que si elles remplissent cette condition.
A celles et ceux qui vont effectuer les choix décisifs dans les prochaines semaines, aux appareils des partis, nous sommes des centaines de milliers à dire : ne mettez pas notre « non de gauche » entre parenthèses, ne brisez pas l'espérance née le 29 mai ! Nous ne vous le pardonnerons pas.
Raoul Marc JENNAR
Militant du 29 mai
 
Note d'EL DIABLO : la publication de cet article sur mon blog ne signifie nullement que j'adhère totalement à son contenu. Il s'agit simplement, pour moi, aider au débat des progressistes.
 

Commenter cet article

E
"Puisque le peuple vote contre le gouvernement, il faut dissoudre le peuple" Bertolt Brecht
Répondre
D
Ne vous en déplaise El Diablo, la majorité n'a pas forcément raison. 47% des Français ont voté oui. Et je rapelle q'historiquement les minorités ont toujours été l'avant-garde. Relisez Proudhon et les auteurs libertaires.Sinon sans commentaire en effet.
Répondre
E
Sur un ton suffisant , Diego, cet étudiant de Sciences Po méprise le peuple...sans commentaire...
Répondre
D
Je suis d'accord. Que les gens qui se disent de gauche et qui ont voté non au traité quittent tous les partis socialistes, démocratiques et internationalistes pour s'enfermer dans leur sectarisme totalitaire. La seule traduction politique que peuvent donner les gens du NON c'est de se rassembler. Cela peut passer par une scission au sein du PS éventuellement.Au texte, je répondrais par mon exemple.Pourquoi j'ai voté oui alors que je suis de gauche même plus à gauche que n'importe quel adhérent du PCF?Deux raisons qui suffisent:-toute avancée de l'internationalisme contre la nation est un victoire de la gauche, le TCE était une avancé de l'internationalisme donc des points marqués contre le fascisme,-j'ai pour principe d'avoir toujours un avis contraire à celui des fascistes; Jean-Marie Le Pen vote NON, je vote OUI. Toute homme ou femme de gauche qui se respecte ne devrait jamais se retrouver dans son vote ou dans sa contestation à côté des fascistes. Malheureusement, le PCF comme d'autres partis de gauche envisage l'alliance avec le fascisme pour lutter contre le capitalisme. Le 29 mai 2005, ceux qui ont voté NON et qui se disent de gauche, sont les mêmes qui auraient pu approuvé le pacte germano-soviétique en 1939. Bien à vous, messieurs.
Répondre
B
Bravo pour cet article de bon sens Raoul-Marc !
Le Sarko Ségo Show me fatigue énormément ! les Français ne seront pas dupes, ils comprennent bien que c'est du pareil au même, du social libéralisme pour l'une, du libéralisme social pour l'un...avec Doc Gynéco et Diam's en guise de gadgets pour les médias !
Benji
Répondre