Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

appel-18juin.jpg

Charles De Gaulle, un "rebelle" qui rompt avec sa classe

------------------------------

Cette semaine, les différentes radios, les chaînes de télé veulent nous imposer « leur » histoire de ce mois de juin 40, de la défaite à la résistance, en version accélérée.

Tous ces médias vont consacrer émissions et thèmes quotidiens aux deux journées, celles du 17 et du 18 juin 40, qui ont marqué, selon eux, notre destin. L’objectif recherché, c’est de donner à cette « étrange défaite » la dimension d’un malheureux épisode, limité dans le temps, dont la France va « sortir par le haut », grâce au seul général de Gaulle et à son historique appel, magnifié comme un sauveur descendu du ciel.

Non seulement, les véritables raisons du désastre ne seront pas abordées, mais ses responsables ne seront, en aucune façon, identifiés. Nous allons entendre et voir contrevérités et mensonges, qui vont dépouiller les évènements de leur vérité historique.

Prenons le général de Gaulle, tel qu’il va nous être présenté.

Qui dira que ce général est un « rebelle », qu’il rompt alors avec sa classe. Il est, pour cela, vilipendé par une presse unanime qui glorifie Pétain. Dénoncé comme un traître, un « agent de Londres », d’abord, « de Moscou », ensuite, de Gaulle sera jugé et condamné à mort et seul son éloignement en terre britannique, lui sauvera la vie. Car, il aurait été exécuté par le gouvernement de Vichy, comme l’ont été de nombreux communistes, et d’autres opposants comme les anciens ministres Georges Mandel, Jean Zay, Marx Dormoy.

Qui dira la trahison des « élites » de l’époque, préparant leur forfait depuis des années ? Elles sont passées à l’ennemi, avec armes et bagages, alors que nombre d’unités de notre armée, soldats en tête, se faisaient tuer sur place, comme à Rethel, combattant jusqu’au bout l’envahisseur allemand.

Qui rappellera l’attitude des militaires de la Wehrmacht, si « corrects » nous disait-on, alors qu’ils s’en sont pris sauvagement à nos troupes coloniales, qui avaient le malheur d’être noires ? Jean Moulin, alors préfet d’Eure-et Loir a failli payer de sa vie le fait d’avoir défendu l’honneur de ces soldats.

Qui parlera des exécutions sommaires de patriotes pour « sabotage » de lignes téléphoniques ?

Mais surtout, qui rappellera la trahison programmée du monde des affaires et des politiciens à leur dévotion, qui, par peur du peuple, ont « préféré Hitler au Front populaire ». Ils se sont s’agenouillés devant les dictateurs à Munich, en septembre 38.

Complices de Franco en 1939, ils  ont traité comme des chiens les Républicains espagnols qui n’ont connu de la Troisième République que les infâmes camps de concentration.

Ils ont mené, bien avant le fameux pacte, la guerre sociale aux ouvriers grévistes, dès 1938, menant les « meneurs » en prison. Ils ont pourchassé s, arrêtés, condamnés les communistes, menacés de la peine capitale pour délit d’opinion.

Pour la bourgeoisie industrielle et financière, liée par intérêt au capital allemand au sein des mêmes Conseils d’Administration, le seul ennemi, c’était « le communisme » ! On la verra, cette bourgeoisie, poursuivre la même« kollaboration » sous l’Occupation et soutenir sans état d’âme l’Europe allemande.

De tout cela, vous n’en entendrez pas parler, ni sur les ondes, ni sur le petit écran. Et la censure la plus totale va frapper les mauvais esprits qui osent le rappeler(*).


(*) «Le Monde », dans son supplément « Le Monde des livres », consacre deux pages entières aux différents livres, qui traitent de cette période. Mais vous ne trouverez aucune référence des ouvrages de l’historienne Annie Lacroix-Riz. Pourtant, elle en a publié plusieurs plusieurs consacrés, justement, aux années qui ont précédé la guerre : « DE MUNICH A VICHY » et « LE CHOIX DE LA DEFAITE ».Mais leur contenu ne plait pas au « Monde », ni à ses commanditaires…

Jean LEVY

------------------

Jean Lévy publie ses articles quotidiennement sur son blog : « Cà n’empêche pas Nicolas ! » 

« S’il existe encore des bastilles, qu’elles s’apprêtent de bon gré à ouvrir leurs portes ! Car, quand la lutte s’engage entre le Peuple et la Bastille, c’est toujours la Bastille qui finit par avoir tort. »Charles de Gaulle (discours à Alger le 14 juillet 1943)

Commenter cet article