Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

La tête et les jambes

Permettez par cette lettre ouverte que je vous manifeste mon écoeurement et mon indignation après avoir assisté à l’émission durant laquelle vous vous êtes livrés tous deux, chacun dans votre rôle à un procès en règle contre votre invité, Olivier Besancenot.

Avant tout une précaution : Je n’ai jamais eu la moindre sympathie pour le leader du NPA et j’ai toujours été hostile au gauchisme sous toutes ses formes. Pour une raison essentielle ; son allergie congénitale à la démocratie dans le mouvement social qui le conduit à constamment tenter d’en usurper, d’en confisquer sa direction, toujours accusée de réformisme.

J’ai raconté dans mon livre (*) la conversation qu’eut en 68 un militant du piquet de grève de Renault avec une jeune étudiante gauchiste  qui voulait entrer dans l’usine « pour aider le mouvement. Tu te rends compte, camarade, quelle force ce serait ? Vous les jambes avec nous la tête… »

Bien sûr, c’était une métaphore inspirée par la célèbre émission de télé « la Tête et les jambes ». Bien sûr, c’était pétri de bonnes intentions, tout comme l’enfer si on en croit le dicton. Moi je trouve que cette image est une parfaite illustration du gauchisme.

Cela étant dit, je ne peux pas rester sans réagir à votre émission qui tous les dimanches sert la soupe souvent avec déférence à des ministres ou anciens ministres d’avenir. Car c’est en effet à un vrai procès contre Besancenot qu’on a assisté avec en procureur, Nicolas Demorand et en témoin à charge, Renaud Dély, auteur de « Besancenot, l'idiot utile du sarkozysme».

Certes Renaud Dély vous aviez l’air vexé du galopin surpris par les conséquences de ce qu’il croyait avoir fait une bonne blague. Et vous vous êtes réfugié derrière un texte de… Lénine. Pourquoi ne pas remonter à Marx qui dans une correspondance avec deux dirigeants ouvriers de la Commune jugeait très sévèrement un journaliste et écrivain communard ?

Quant à Nicolas Demorand ! Quelle furie. Vous posiez bruyamment des questions auxquelles vous répondiez vous-même, n’hésitant pas à sortir un lapin journalistique  du chapeau de procureur qui vous sied bien: « Besancenot, vous êtes un agent secret de Sarkozy ».

J’étais écoeuré. Je me revoyais, il y a bien longtemps, accusé de faire le jeu de Moscou en réclamant l’augmentation des salaires. Ou encore dans les années 70 de faire le jeu de Giscard en demandant la retraite à 55 ans pour les femmes et les travaux pénibles !

Franchement, messieurs Demorand et Dély, pensez vous avoir aidé ceux qui se battent au quotidien contre un régime tel que celui de Sarkozy, contre sa dérive autoritaire et bonapartiste ?

Je ne suis toujours pas d’accord avec Besancenot, mais ce soir là, il dénonçait justement cette dérive. C’est pourquoi votre harcèlement m’a écoeuré et indigné.

Pourtant je me dis que vous pourriez faire œuvre utile là où vous êtes pour animer un vrai débat national sur les vraies racines du mal qui ronge notre pays.

Par exemple, l’économie nationale est faite du travail de millions de salariés dont 91% sont des salariés qui ne reçoivent que 57,6% du PIB. Est-ce que c’est conforme au principe d’égalité ?

Ou encore : 91% de la population active rejoint chaque jour son travail après avoir laissé au vestiaire ses droits de citoyens et notamment celui d’entreprendre. Il y est contraint par un contrat de travail qui implique sa subordination contre sa rémunération. En finir avec ce statut ringard et périmé, n’est-ce pas donner à chacun le droit d’entreprendre et réussir collectivement dont ils sont privés ?

Autre exemple : le pouvoir politique est de plus en plus solitaire, autoritaire. Tous les lieux de pouvoir sont dévolus à une seule élite, jusqu’à cet hyper-président qui décide de tout. N’est-ce pas un archaïsme, une insulte à l’intelligence de millions de citoyens, alors que le retour à un régime républicain est une nécessité pour rendre vivable le travail, pour le replacer au centre de la politique ?

Un débat à 44 millions de têtes, ça permettrait de reposer sur 88 millions  de jambes…

Elie Dayan

Paris 6ème

(*) cf : LesTribulations d’un militant en usine, publié en 1988 aux éditions de la mémoire vivante

 

 

Commenter cet article