Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

marche5mai2013-copie-1.jpg

Contribution reçue en commentaire d'un article publié sur ce blog et reproduite ci-dessous pour lui donner plus de lisibilité:

Pourquoi je défilerai le 5 mai :

Nous vivons une situation sans précédent. Une majorité absolue « de gauche » existe et pourtant la politique qui est appliquée ne fait que suivre et même aggraver celle menée par les gouvernements de droite qui l'ont précédée.

 

Le matraquage idéologique auquel est soumis l'ensemble des peuples européens n'est pas sans conséquence quant aux possibilités réelles de mobilisation. On le voit en Grèce, en Espagne, en Italie .... Où, malgré une situation de plus en plus catastrophique pour les classes laborieuses, la mobilisation pour s'opposer à ces politiques est loin d'être au niveau que la situation réclame.

 

En France, un sondage fait apparaître que, face à ce qu'une majorité de plus en plus grande de nos concitoyens considère comme un échec absolu de la politique suivie, c'est un gouvernement d'union nationale, c'est à dire droite (UMP-centristes) et gauche (PS-Verts) qu'ils appellent de leurs vœux ....

 

La mise en application d'une véritable politique au service de ceux qui subissent de plein fouet la soi-disant crise du système n'est même pas envisagée !

 

Soi-disant crise du système car, si 80 millions d'européens n'ont pas de travail, les 10 % les plus riches deviennent de plus en plus riches. La quantité de richesses produites, loin de diminuer, est en augmentation constante, et c'est son accaparement par une minorité qui plonge la majorité dans plus de misère et de drames.

 

Face à cela, de quelles forces disposons-nous ? Le morcellement de la famille communiste et l'affaiblissement du PCF rendent impossible, en l'état, l'impulsion des luttes sur des bases vraiment révolutionnaires.

 

Analysons-bien ce qui se passe dans les grandes entreprises telles PSA ou Gandrange où, malgré la fin annoncée, le pourcentage de travailleurs en lutte reste minoritaire. Il ne faut donc pas prendre ses désirs pour des réalités, nos marges de manœuvres sont extrêmement ténues. Si on ne conçoit une action que si elle répond en totalité à nos propres analyses, on n'est pas prêts de bouger !

 

Non, les propositions de Mélenchon ne sont pas les miennes. Non, le Front de Gauche tel qu'il est "géré" ne me convient pas, mais ce sont là des réalités dont je pense qu'il faut tenir compte et se servir. Si nous en sommes capables, partons de ces propositions pour les emmener plus loin et, si nos forces ne sont pas suffisantes, considérons-les comme une avancée dans la bonne direction.

 

Je rappellerai pour mémoire, à Emmanuel Dang Tran, qu'avoir refusé toute alliance au moment de la désignation à la présidentielle, a abouti à l'absence d'un candidat communiste. On ne refait pas l'histoire, mais un candidat commun à tous ceux qui voulaient un candidat étiqueté « communiste » aurait peut-être entraîné l'adhésion de camarades qui sont restés chez eux face à ces divisions. De même, ceux qui ont refusé d'appeler à voter pour les candidats du PCF aux législatives peuvent mesurer aujourd'hui les conséquences de ce choix : si l'assemblée nationale était dans la même configuration que le Sénat (pas de majorité absolue au seul PS), n'aurions-nous pas d'autres moyens de pression ?

 

Je rappellerai aussi que Lénine savait réaliser des compromis avec des forces non révolutionnaires pour permettre la pénétration de ses idées dans les masses.

 

Alors, NON la manifestation du 5 mai ne correspond pas en totalité à ce que je souhaite ! Mais je pense que l'on peut s'en servir, comme lors des élections, pour redonner courage et perspective à ceux qui ne croient plus en grand-chose aujourd'hui (si c'est une réussite, c'est à dire plus de 100 000 personnes sur la place de la Bastille).

 

Je peux me tromper, mais ce dont je suis sûr, c'est que ce n'est pas en restant dans sa chapelle, persuadé que l'on détient la vérité, que l'on fera bouger les choses.

 

Dernier point : considérer que cette manifestation met en péril le défilé du 1er mai me semble relever du délire. Les organisations syndicales ont leur propre rôle à jouer, leur division actuelle rend plus que problématique la réussite de ce défilé. L'absence d'un véritable soutien de la part des confédérations aux luttes dans les entreprises (impulsion d'actions communes interprofessionnelles, voire transeuropéennes), voilà ce qui réduit l'impact des propositions syndicales, et non l'action des partis politiques qui, au contraire, devrait ouvrir de nouvelles perspectives.

 

Serge des bois

Militant communiste


Commenter cet article

Serge des bois 03/05/2013 11:26


L'extrait de la déclaration de Pierre Laurent à l'Huma, concernant la manif du 5 mai, démontre bien que celle-ci sera ce que les participants en feront : 


"À ceux qui viennent à la marche du 5 mai, je dis : n’y venez pas seulement pour exprimer votre mécontentement, venez avec vos exigences, ce que vous demandez à la gauche. La marche du 5 mai
n’est pas une manifestation de soutien à tel ou tel leader du Front de gauche, elle est à vous, il faut l’investir pour revendiquer une nouvelle politique de gauche, et ne pas se contenter de
dire qu’il faut tout balayer. Je crois que cela rendra plus forte notre dynamique."  (Pierre Laurent - l'Huma du 30 avril)


A nous, donc, de nous approprier les bons mots d'ordre et de faire en sorte qu'ils finissent par rencontrer l'adhésion du plus grand nombre.


Fraternellement.

caroleone 02/05/2013 14:20


Bonjour Diablo et Serge,


 


Je vois que l'expression de Serge n'a pas laissé indifférents les camarades car je l'ai retrouvée chez Roger Colombier via Canaille le rouge et je l'ai reprise moi-même avec les annotations.
J'avais décidé d'attendre le défilé du 1er mai pour prendre ma décision, sans doute les camarades n'ont-ils pas eu la même nonchalance que la mienne


Je rejoins un peu les positions des uns et des autres, tout en ne sachant pas si j'en serais car cela dépend du transport. Pour autant, loin de valider le coup de sifflet d'un "progressiste
opportuniste", je pense qu'il ne faut pas laisser la rue à ceux qui la débauchent et que nos outils que l'on nous a fait ranger dans le fond d'un tiroir doivent être parfois affûtés et mis en
avant. Car un bon ouvrier n'oublie jamais le fonctionnement de son outil de travail, ni de son outil de lutte, alors il convient de se montrer et non de se terrer.


Voilà, tout ce que j'ai à dire, on peut en être et dire bien haut pourquoi l'on y est et surtout contre quoi.


 


Bises à vous deux et à ceux qui passent et partagent nos idéaux


 


caro