Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Moldavie-carte

Communiqué du

Parti des communistes de la République de Moldavie

 

 

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

 

Le Parti des communistes de la République de Moldavie a toujours traité la question de la place de la République moldave dans les processus d'intégration, que ce soient la CEI ou l'Union européenne, à travers le prisme des intérêts de la nation.

 

Depuis 2002, le PCRM propose un programme cohérent, par étapes, visant à un rapprochement des normes juridiques, économiques et humanitaires avec la CEI comme avec l'Union européenne. Hier comme aujourd'hui le PCRM défend la modernisation du pays, une intégration basée sur les principes de liberté, de démocratie, de droits de l'Homme et de bien-être des citoyens.

 

Dans le même temps, nous sommes contre cette précipitation, contre le fait qu'aient été ignorés tant l'avis de la société et des membres du Parlement, contre les concessions qu'a faites ce gouvernement corrompu et amateur dans la signature de l'Accord d'association.

 

Ainsi, cet accord est un document qui ne représente pas les intérêts du pays. Dans le fond, il ne reflète pas les problèmes de développement du pays. Il ne lui impose que des interdictions, restrictions et des engagements contraignants.

 

Cet accord viole la Constitution, la souveraineté du pays réduit à l'état de colonie. La mise en œuvre de la libéralisation intégrale du commerce, prévue dans l'accord, va détruire la production locale, les exploitations agricoles ainsi que notre système de protection sociale.

 

Notre pays ne va rien y gagner, mais il va y perdre ses relations avec ses partenaires historiques, contrairement aux recommandations de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. En fait, cet Accord ne protège que les intérêts de Bruxelles, ainsi que ceux du patronat européen et des autorités moldaves.

 

On peut ainsi beaucoup mieux comprendre la célérité avec laquelle une partie de ce gouvernement corrompu a cherché à signer l'accord.. Nous comprenons aussi pourquoi M.Barroso n'a pas accepté nos arguments sur la révision du contenu de ce document, et le report de la signature à une date postérieure aux prochaines élections législatives de novembre avec l'arrivée d'un nouveau gouvernement.

 

Il nous manque des réponses à certaines de nos interrogations :

 

Est-ce qu'un gouvernement, avec un premier ministre dont la cote de popularité est de 20 %, qui est reconnue par la Cour Constitutionnelle comme corrompu à quelques exceptions près, peut signer un accord d'une telle importance ?

 

Pourquoi est ignorée la question de l'intégrité territoriale et de la place de la Transnistrie dans l'Accord ?

 

Pourquoi ont-ils peur de proposer ce projet au peuple moldave, dans le cadre d'un référendum ?

 

Pourquoi les maîtres de Bruxelles, si prompts à donner des leçons de démocratie, n'ont pas insisté sur ce point ?

 

La principale conclusion : le gouvernement oligarchique et corrompu, en signant cet accord, contribuera à la destruction finale de l'économie moldave, la situation sociale va encore se dégrader et la Moldavie va perdre toute perspective de développement.

 

Dans ce contexte, le Parti des communistes de Moldavie s'engage à ne pas voter la ratification de cet Accord au Parlement, sa direction ainsi que toutes les structures du parti vont organiser des actions de masse pour expliquer aux citoyens les effets néfastes qui suivront la signature et l'application de cet Accord.

 

Commenter cet article