Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 Vu sur Rouge Midi

 

 

Une tribune libre

de Charles Hoareau

 

«La guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas » (Alfred de Vigny)

 

Mardi 19 juillet, le journal d’Antenne 2 (comme sans doute celui des autres chaînes) rendait un « hommage national » à 7 hommes, jeunes pour la plupart, morts pour….quoi au juste ?

 

Debout tête nue sous la pluie, nous la jouant stoïque devant le malheur (ce qui tranchait avec 2008 où en Afghanistan il avait eu le fou-rire devant 10 autres cercueils de soldats français [1]), le président de guerre, entouré de ministres dans la même attitude, a parlé avec plein d’emphase d’hommes « qui ont vécu en soldats et sont morts en hommes libres ».

 

D’autres, officiels ou médias, ont parlé eux de « morts pour la France ». Mais qu’est-ce que la France ou la liberté ont à voir là-dedans ?

 

Morts pour la France ?

 

Quand dans les années 40, des résistants, mouraient face à l’ennemi nazi qui avait envahi le pays, on pouvait alors parler de morts pour la liberté et de morts pour la France. La France des familles entières à qui l’occupant s’en prenait parce qu’elles refusaient l’oppression et la chasse aux juifs, aux gitans, aux communistes, aux homosexuels…, la France de celles et ceux qui étaient épris de liberté, notre France qu’a chanté Jean Ferrat

 

Mais aujourd’hui.

Pour quelle France sont morts ces hommes ? La nôtre ou celles des impérialistes et des marchands de pétrole ?

Contre quel occupant ? Nous ne sommes pas occupés, mais au contraire c’est au nom de leur France que l’on occupe en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Tchad, au Gabon, à Djibouti, en Libye, en Afghanistan, qu’on fait et défait les pouvoirs en Afrique ou ailleurs au gré des intérêts des puissances économiques occidentales.

Pour quelle liberté ? C’est au nom de notre pays que sont soutenus les pires tyrans jusqu’à ce que les peuples les renversent sans nous.

Et que dire de cette internationale du fascisme et de ses valets qui s’est manifestée à l’occasion de la flottille de la paix et de l’opération « Bienvenue en Palestine » et permet aujourd’hui à un état de se livrer à un acte de piraterie internationale sans que quiconque ne réagisse ?

 

Employer aujourd’hui les termes de morts pour la France ou pour la liberté, en rajouter à longueur de journal sur ce drame sans poser la seule question qui vaille la peine de se poser à savoir mais qu’est-ce que nos soldats font là-bas, c’est faire insulte aux résistants, c’est galvauder l’histoire de la lutte pour la liberté ici et dans tous les pays qui ont eu à se libérer d’un agresseur ou d’une puissance coloniale. C’est même, par effet miroir, donner aux obscurantistes que l’on prétend combattre, la légitimité de la résistance.

 

Dans aucun pays, que ceux qui nous gouvernent ont prétendu libérer, la guerre n’a été une solution. La guerre a-t-elle réglé le problème des Balkans ou de l’Irak ? Absolument pas !

 

Une armée gendarme du monde

 

La France, la leur , avait clairement annoncé la couleur, en supprimant le service militaire [2] : passer d’une armée du peuple, celle qui avait été déterminante par exemple lors de la tentative de coup d’état des partisans de l’Algérie française, et dont le rôle était (en principe) de défendre la population, à une armée de métier chargée des opérations extérieures de ce nouveau gendarme du monde qu’elle ambitionnait d’être au côté du grand frère étasunien.

 

Nous y sommes.

En notre nom, ils distribuent les bons points ou les mauvais (à coups de bombes) aux autres pays du monde, alors que nous, les professeurs es démocratie, avons un président élu avec 20% des voix du pays réel [3] et un peuple qui à 71% refuse un capitalisme dans lequel notre système actuel l’enferme.

Ils parlent de justice alors que la nôtre refuse de condamner les protagonistes de l’affaire Bettencourt, pour les mêmes motifs qui la font condamner sans preuve 5 jeunes de Villiers-Le-Bel [4].

 Ils parlent de corruption ou de république bananière quand il s’agit des autres alors que nous avons 5 ministres qui ont été obligés de démissionner en moins d’un an suite à des scandales [5].

 

Et les enfants morts sous les armes françaises en Libye ou ailleurs ils sont morts pour quoi ? Pour quel « avenir de paix et de prospérité ? » De partout les nouvelles qui nous parviennent de ces lieux de conflits ne parlent que d’escalades dans l’horreur, de têtes coupées, de massacres à l’arme blanche, de femmes violées et assassinées, d’actes de barbarie des uns répondant à des crimes contre l’humanité des autres. Il est même question d’un massacre systématique des noirs de Libye accusés à tort par les rebelles d’être des mercenaires à la solde de Kadhafi.

 

Les populations que l’on prétend libérer se retrouvent leur maison détruite, à errer sur les routes et contraintes de s’expatrier par centaines de milliers.

 

Ces guerres dans lesquelles leur France est engagée au premier chef sont des guerres qui dépassent en barbarie nombre de guerres du passé.

 

Pour l’instant aucun appel à cesser le feu n’est entendu. Ils sont en train de donner de notre France, l’image d’un pays détestable et de nourrir la haine de l’Occident bien plus surement que n’aurait pu le faire Oussama Ben Laden.

 

L’aide de leur France à la Somalie ? Une heure de guerre en Libye !

 

Et que dire du coût de ces massacres ?

 

Et voilà les mêmes qui commanditent les assassinats de masse nous faire le coup de « A vot’bon cœur messieurs dames » pour la Somalie, ils font même appel au pape pour cela ! [6].

 

Mais comment ne pas avoir envie de vomir quand on sait que même les sources les plus pessimistes estiment qu’il suffirait de 700 millions de dollars (492 millions d’euros) pour régler le problème sur toute la corne de l’Afrique alors que le budget de la France seule, pour ses opérations extérieures de 2010 s’est élevé à 900 millions d’euros [7] et qu’en 2011 la seule guerre en Libye coûte à la France (et ce coup-ci c’est la nôtre de France qui paie) 1,2 million par jour [8] soit d’ores et déjà près de 150 millions…Alors bien sûr il ne faut pas s’étonner qu’il ne reste plus grand chose au gouvernement français, même s’il en avait l’envie, pour véritablement aider à enrayer le fléau. Pour l’instant l’aide annoncée représente 1 heure de guerre en Libye…

 

Etre pour la paix, une attitude révolutionnaire

 

De Jaurès [9] à Daladier [10], de Clémenceau [11] au congrès de Tours [12], de Blum [13] aux brigades internationales [14], de Mitterrand alors ministre [15] à Henri Alleg [16] de Jospin 1er ministre [17] aux positions contradictoires et en zig zag de la gauche européenne actuelle [18], l’histoire nous apprend que la position face au fascisme et aux guerres, coloniales ou impériales, a toujours été un axe de clivage entre révolutionnaires et socio-démocrates.

 

La lutte pour la paix a toujours été une question de classe. Pour les révolutionnaires, internationalistes par nature, rien ne peut justifier que des prolétaires s’entretuent. Cela se vérifie encore plus aujourd’hui. Aucune folie des Kadhafi ou consorts ne peut justifier la folie guerrière dans laquelle nous ont plongés ceux qui nous gouvernent. D’autant que, pour ne s’en tenir qu’à la Libye, un cessez le feu réclamé par l’union africaine et accepté par Kadhafi a été proposé et balayé par les tenants de la solution guerrière. De même avant tout conflit on aurait pu prévoir des sanctions…et ne pas lui vendre des armes !

 

Par la rue, imposons la paix !

 

Face au camp des va-t’en guerre, si on peut se féliciter des trop rares déclarations d’organisations de la CGT [19], des déclarations du PCF, de plusieurs articles de l’Humanité, du vote contre la poursuite de la guerre de 27 députés et 24 sénateurs, on ne peut en rester là. Il faut rompre avec l’apathie actuelle ou les protestations bien trop faibles qui s’expriment ça ou là.

 

Une organisation révolutionnaire, voire une gauche digne de ce nom s’honorerait d’appeler à la lutte résolue pour la paix. Il n’y a pas si longtemps, contre la guerre du golfe, sans attendre que les bombardements éclatent la rue avait parlé et ce à plusieurs reprises rassemblant de plus en plus de monde, obligeant le ministre de la guerre de l’époque [20] à démissionner.

 

Des manifestations, des rassemblements, des actes de protestations populaires devraient être organisés chaque semaine.

 

Ce faisant, non seulement cette gauche s’honorerait mais elle donnerait envie de se battre pour toutes les causes de notre temps au premier rang desquelles se trouve aujourd’hui plus que jamais la paix.

 

Le 20 juillet 2011

Charles HOAREAU

 

[1] LEMONDE.FR | 25.08.08 | 11h42 • Mis à jour le 25.08.08 | 12h54

[2] En 1996 Chirac annonce « sa décision » de professionnaliser les armées. Cela passera par la suppression du service militaire et l’adoption de la 1ère loi de programmation militaire qui représentera une augmentation conséquente du budget de l’armement. A l’issue de celle-ci la France deviendra le 2ème pays au monde (derrière les USA) du point de vue du montant des dépenses militaires

[3] le piège

[4] Dans l’affaire Bettencourt Sarkozy a déclaré qu’un enregistrement ne peut servir de preuve pour la poursuivre, par contre le témoignage sous x d’un indicateur rémunéré par la police a suffi à des condamnations très lourdes pour les 5 de Villiers-Le-Bel

[5] Christian Blanc, Alain Joyandet, Woerth, Alliot-Marie et Tron

[6] celui-ci vient de lancer un appel international aux dons

[7] France Info 22 mars 2011 Emmanuel Cugny

[8] Chiffre donné par la FNTE CGT.

[9] assassiné parce qu’il s’opposait à la guerre de 14/18

[10] qui alla en 1938 à Munich serrer la main à Hitler espérant ainsi éviter la guerre

[11] présidant « l’union sacrée » qui devait faire de 14/18 la dernière des guerres et écraser l’Allemagne en 15 jours

[12] qui vit le clivage s’opérer en les socialistes demeurés dans la SFIO et le PCF sur la question de l’attitude face à la guerre ces derniers étant contre de participer aux « boucheries impérialistes »

[13] qui refusa d’aider les républicains espagnols en lutte contre Franco et proposa même aux autres pays un traité de non intervention qu’évidemment l’Italie et l’Allemagne s’empressèrent de ne pas respecter en soutenant militairement Franco

[14] brigades de lutte contre Franco et au premier rang desquelles on trouva nombre de communistes

[15] faisant emprisonner les militants pour la souveraineté algérienne

[16] directeur du journal communiste Alger Républicain torturé par les partisans de l’Algérie française

[17] approuvant avec Chirac la guerre des Balkans

[18] vote très partagé le 10 mars au parlement européen (11 pour, 14 contre, 2 abstentions) des députés du groupe de la gauche européenne le GUE

[19] voir en documents joints les deux dernières reçues à Rouge Midi

[20] Chevènement, ministre de la défense en 1991 avait démissionné 13 jours après le déclenchement de la guerre

 

Source : « Rouge Midi »

Commenter cet article