Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par DIABLO

Après plus de 25 ans de politique unique du capital et la crise qui en a résulté, les gouvernements nationaux, le grand patronat et l'UE font toujours payer la note aux peuples et entendent accélérer la casse de tous les acquis sociaux et démocratiques.

En Grèce, un plan d'austérité est imposé par le gouvernement social-démocrate et l'UE (qui consiste à geler les salaires et les pensions pour l’année 2010, à augmenter les impôts pour les travailleurs et augmenter la limite de l’âge pour les retraites de deux ans). En Espagne, au Portugal, même potion amère pour les travailleurs, douce pour les profits des grands groupes capitalistes.

Quant à la France, la « rigueur » est annoncée après les élections régionales avec de nouvelles attaques contre la Fonction publique, les salaires, la sécu et bien sûr les retraites.

Face à cette situation, alors que les grèves se multiplient en Grèce, en Espagne, au Portugal, alors que les mobilisations ne faiblissent pas en France, les Etats-majors syndicaux font profil bas : la Confédération Européenne des Syndicats inféodée à l'UE continue de « vouloir sauver le capitalisme de lui-même » et refuse tout soutien aux luttes en cours ; les directions syndicales françaises, toutes affiliées à la CES, participeront quant à elle bien sagement au « sommet social » convoqué par Sarkozy le 15 février et préparent des mots d'ordre compatibles avec les projets du patronat et du gouvernement (maison commune des retraites en particulier).

Au niveau politique, il a suffi d'entendre Aubry, fille de l'euro-cacique Delors, puis Hollande, déclarer qu'il faudrait bien travailler plus longtemps pour se souvenir qu'en 2002 déjà Chirac et Jospin signaient à Barcelone avec le même stylo le recul de l'âge de la retraite à 65 ans dans l'Union Européenne (ainsi que la privatisation du « marché » de l'énergie) !

Ce n'est pas sur les discussions de salon ou sur les appareils de plus en plus intégrés aux institutions officielles du capitalisme que les travailleurs pourront compter pour défendre leurs intérêts. Partout, à l'image de ce qui se passe en Grèce, à l'image de l'action des métallos CGT du Nord-Pas de Calais, des Total-Dunkerque, des collèges et lycées de la Région Parisienne, des Ikea... il faut engager le combat, établir des liens entre peuples en lutte, généraliser les actions pour construire le tous ensemble en même temps seul à même de créer un rapport de force gagnant pour le monde du travail.

Le Front Syndical de Classe

Commenter cet article